Au Kansas, fini le cinéma pour les assistés sociaux!

En ratifiant hier la loi HB 2258, le gouverneur... (PHOTO ORLIN WAGNER, AP)

Agrandir

En ratifiant hier la loi HB 2258, le gouverneur du Kansas, Sam Brownback, a garanti qu'aucun État n'encadra plus sévèrement l'utilisation de l'Aide temporaire aux familles dans le besoin.

PHOTO ORLIN WAGNER, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Richard Hétu

collaboration spéciale

La Presse

(NEW YORK) Le Kansas n'est pas le premier État américain à serrer la vis aux assistés sociaux. Or, en ratifiant hier la loi HB 2258, son gouverneur, Sam Brownback, a garanti qu'aucun n'encadrera plus sévèrement que lui l'utilisation de l'Aide temporaire aux familles dans le besoin, une allocation fédérale. Cette loi n'a pas seulement été critiquée mais également ridiculisée. Explications.

25$ par jour

Au Kansas, les bénéficiaires de l'Aide temporaire aux familles dans le besoin reçoivent des allocations mensuelles qui s'échelonnent de 224 à 497$. À partir du 1er juillet, date de l'entrée en vigueur de la loi HB 2258, ils ne pourront pas retirer plus de 25$ par jour aux distributeurs de billets sur les allocations qui leur sont attribuées. Il s'agira d'une première aux États-Unis. Les promoteurs de la loi disent souhaiter amener les pauvres à dépenser leur argent de manière «plus responsable», pour utiliser les mots du gouverneur Brownback, un républicain ultraconservateur. Leurs critiques les accusent de vouloir infantiliser les pauvres.

Pas d'alcool ni de lingerie

Le Kansas a dressé une liste d'endroits où les assistés sociaux ne peuvent dépenser leurs allocations. La liste n'est pas inédite aux États-Unis mais elle se démarque des autres par son exhaustivité et, selon ses critiques, son absurdité. Tabagies, magasins d'alcool et casinos font partie des commerces interdits, de même que les boutiques de lingerie, les salons de tatouage ou de massage, les salles de cinéma ou de concert, les piscines, les bijouteries et les bateaux de croisière. Parmi les commerces où les assistés sociaux pourront continuer à dépenser leurs allocations: les magasins d'armes à feu.

Jon Stewart... (PHOTO AP) - image 2.0

Agrandir

Jon Stewart

PHOTO AP

Risée nationale

Insérée dans la loi la semaine dernière, cette liste a fait du Kansas une risée nationale. L'humoriste Jon Stewart l'a trouvée «un peu étrange» venant d'un État qui reçoit du gouvernement fédéral 1,29$ pour chaque 1$ qu'il lui donne. «C'est un fait, Kansas: tu es un bénéficiaire de l'aide sociale», a lancé l'animateur du Daily Show en encourageant l'État à rompre avec sa «culture de dépendance». Chris Hayes, animateur à la chaîne MSNBC, a posé de son côté cette question à un promoteur de la loi: «Le gouvernement devrait-il se préoccuper de l'endroit où les gens vont s'acheter des sous-vêtements?»

Trois ans, pas plus

En promulguant la loi HB 2258, le gouverneur Brownback a laissé entendre qu'il n'était lui-même pas un grand fan de la liste controversée. «L'objectif premier de la loi est de retourner les gens sur le marché du travail», a-t-il déclaré. À partir du 1er juillet, la loi limitera à trois le nombre d'années au cours desquelles un citoyen du Kansas pourra bénéficier de l'Aide temporaire aux familles dans le besoin. Ce sera deux années de moins que la limite fixée par le gouvernement fédéral. La loi rendra inadmissible tout adulte vivant dans une famille où une fraude à l'aide sociale a été commise.

20 heures de travail

La loi HB 2258 enchâsse en outre des mesures mises en application après l'entrée en fonction du gouverneur Brownback, en janvier 2011. La plus importante d'entre elles oblige tous les adultes physiquement aptes qui reçoivent des allocations à travailler au moins 20 heures par semaine ou à participer à un programme de formation professionnelle. En enchâssant ces mesures dans une loi, le gouverneur du Kansas s'assure que celles-ci resteront en vigueur après son départ. Depuis 2011, le nombre de bénéficiaires de l'Aide temporaire aux familles dans le besoin a chuté de 63% au Kansas. Il se situait à environ 14 700 en février.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer