Pour Obama, la fermeture de Guantanamo est une «priorité nationale»

«L'exécutif doit avoir la possibilité de décider où... (PHOTO DOUG MILLS, AFP)

Agrandir

«L'exécutif doit avoir la possibilité de décider où et quand les prisonniers restants doivent être jugés (...) où et quand ils doivent être transférés conformément aux impératifs de notre sécurité nationale et à notre politique en matière de traitement humain», a déclaré le président américain.

PHOTO DOUG MILLS, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Le président Barack Obama a promulgué vendredi la loi annuelle sur la défense tout en fustigeant les dispositions qui maintiennent l'interdiction de fermer la prison de Guantanamo, au risque de «saper la sécurité nationale» des États-Unis.

«La prison de Guantanamo sape notre sécurité nationale en épuisant nos ressources, détériore nos relations avec nos alliés et encourage les violents extrémistes. Fermer cette prison est une priorité nationale», a-t-il déclaré selon un communiqué de la Maison-Blanche.

La loi annuelle sur la défense, de plus de 500 milliards de dollars, prolonge les restrictions à la fermeture de la prison de Guantanamo, sur l'île de Cuba. L'interdiction du transfert aux États-Unis des détenus de la prison, en place depuis 2011, a été reconduite, malgré l'opposition répétée du président américain.

«J'appelle les membres des deux bords à travailler avec nous pour mettre un terme à ce chapitre de l'histoire américaine», a martelé le président.

Par cette loi, le Congrès interdit au Pentagone de transférer des détenus sur le territoire américain pour les juger, les soigner, les emprisonner ou toute autre raison, les républicains estimant qu'ils risqueraient d'être libérés sur décision d'un juge, constituant ainsi une menace pour la sécurité nationale.

Il reste 136 hommes dans la prison ouverte il y a 13 ans, à la suite des attentats du 11-Septembre.

«L'exécutif doit avoir la possibilité de décider où et quand les prisonniers restants doivent être jugés (...) où et quand ils doivent être transférés conformément aux impératifs de notre sécurité nationale et à notre politique en matière de traitement humain», a encore déclaré le président.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer