La disparition du vol MH370 était «un accident»

L'ombre d'un avion de la Royal Air force... (PHOTO ROB GRIFFITH, ARCHIVES AFP)

Agrandir

L'ombre d'un avion de la Royal Air force néo-zélandaise, qui participe aux recherches du Boeing disparu de la Malaysia Airlines au-dessus de l'océan Indien, est vue à travers des nuages, le 31 mars dernier.

PHOTO ROB GRIFFITH, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Vol MH370

International

Vol MH370

Disparu des radars en mars 2014 avec 239 personnes à bord, le vol MH370 de Malaysia Airlines parti de Kuala Lumpur pour Pékin ne s'est jamais rendu dans la capitale chinoise. Ayant changé son plan de vol et mis le cap vers l'ouest, le Boeing 777, dont on n'a toujours aucune trace, se serait abîmé dans l'océan Indien, selon les autorités malaisiennes. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
KUALA LUMPUR

La Malaisie a officiellement déclaré jeudi que la disparition mystérieuse du vol MH370 en mars 2014 était un «accident» et que les 239 personnes qui se trouvaient à bord étaient présumées mortes, ce qui ouvre la voie au dédommagement des familles.

«C'est avec un coeur très lourd et avec un profond chagrin que nous déclarons officiellement, au nom du gouvernement de la Malaisie, que le vol MH370 de la Malaysia Airlines» a été victime d'un «accident», a déclaré à la télévision le chef de l'aviation civile malaisienne, Azharuddin Abdul Rahman.

«Il est présumé que les 239 passagers et membres d'équipage à bord du MH370 ont perdu la vie», a-t-il ajouté.



Les autorités malaisiennes devaient initialement faire cette annonce... (PHOTO OLIVIA HARRIS, REUTERS) - image 3.0

Agrandir

Les autorités malaisiennes devaient initialement faire cette annonce lors d'une conférence de presse, mais elles l'ont annulée alors que des proches en colère s'étaient rendus sur place.

PHOTO OLIVIA HARRIS, REUTERS

Le Boeing 777 de la compagnie malaisienne Malaysia Airlines s'est volatilisé le 8 mars 2014 après son décollage de Kuala Lumpur à destination de Pékin. La majeure partie des personnes qui se trouvaient à son bord étaient chinoises.

L'appareil a changé brusquement de cap une heure après son décollage, sans explication. Il a viré vers l'ouest, puis le sud, en direction de l'océan Indien où il aurait fini par tomber après plusieurs heures de vol, à court de carburant.

Les pilotes n'ont envoyé aucun message, mais la trajectoire de l'appareil a pu être reconstituée grâce à des signaux captés par des satellites. Le point de chute précis du vol MH370 reste toutefois inconnu, et aucune trace de l'appareil n'a été retrouvée malgré de vastes recherches aériennes et sous-marines menées au large des côtes occidentales de l'Australie.

Les raisons de ce changement de trajectoire et du silence de l'équipage demeurent mystérieuses.

La reconnaissance officielle par les autorités qu'il s'agit d'un accident permettra aux familles des victimes de réclamer des dommages et intérêts, et à la Malaysia Airlines de se tourner vers les assurances.

«Nous espérons que cette déclaration permettra aux familles d'obtenir l'aide dont elles ont besoin, en particulier à travers le processus de compensations», a ajouté le chef de l'aviation civile.

Il est vraisemblable cependant que la douleur des familles, plongées dans l'incertitude depuis 10 mois, ne s'en trouvera pas amoindrie.

Sarah Bajc, dont le conjoint se trouvait à bord, a réagi avec colère. «Je crois qu'ils mentent», a-t-elle dit. «L'avion peut très bien avoir subi un écrasement. Mais il n'y a pas de preuves et tant qu'il n'y aura pas de preuves, on ne pourra pas les croire».

Les autorités malaisiennes devaient initialement faire cette annonce lors d'une conférence de presse, mais elles l'ont annulée alors que des proches en colère s'étaient rendus sur place.

2014 aura été une année noire pour l'aviation civile malaisienne, avec la perte de deux avions de Malaysia Airlines (le vol MH370, puis le vol MH17 abattu en juillet par un missile dans l'est de l'Ukraine avec 298 personnes à bord), à laquelle s'ajoute l'écrasement d'AirAsia fin décembre au large de l'Indonésie, qui a fait 162 victimes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer