Toujours aucune trace de l'épave du MH370

L'ombre d'un P-3 Orion de la Royal New... (PHOTO ROB GRIFFITH, ARCHIVES AP)

Agrandir

L'ombre d'un P-3 Orion de la Royal New Zealand Air Force est aperçue à travers des nuages alors que l'avion participe aux efforts internationaux pour retrouver l'épave du vol MH370, le 31 mars, dans le sud de l'océan Indien.

PHOTO ROB GRIFFITH, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Vol MH370

International

Vol MH370

Disparu des radars en mars 2014 avec 239 personnes à bord, le vol MH370 de Malaysia Airlines parti de Kuala Lumpur pour Pékin ne s'est jamais rendu dans la capitale chinoise. Ayant changé son plan de vol et mis le cap vers l'ouest, le Boeing 777, dont on n'a toujours aucune trace, se serait abîmé dans l'océan Indien, selon les autorités malaisiennes. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
PERTH, Australie

Le robot sous-marin déployé pour sonder le fond de l'océan Indien à la recherche de l'épave du Boeing 777 de Malaysia Airlines, dans une zone circonscrite, a balayé les deux tiers de la surface, en vain, ont indiqué lundi les autorités australiennes.

«Bluefin-21 a fouillé environ deux tiers de la surface de la zone délimitée», a indiqué le Centre conjoint de coordination des agences (JACC), chargé d'organiser les recherches du vol MH370.

«Rien n'a été retrouvé pour le moment», a-t-il précisé.

Le robot «balaye» une zone de recherches restreinte, délimitée grâce à la captation de signaux compatibles avec ceux émis par les batteries d'une boite noire.

La zone se situe à quelque 1700 km au nord-ouest de Perth, la grande ville de la côte occidentale australienne.

Ces signaux ont été captés il y a plusieurs jours, par des satellites et les bateaux des opérations de recherches, avant l'expiration probable des batteries émettrices des boites noires.

Bluefin-21, qui a la forme d'une torpille de cinq mètres de long, a effectué en près d'une semaine huit plongées, de plusieurs heures chacune, et est descendu au-delà de la profondeur maximale (4500 mètres) recommandée par ses fabricants.

Il entame lundi sa 9e plongée.

En surface, une dizaine d'avions militaires scrutent les flots, aidés de onze navires, à la recherche de débris pouvant provenir de l'épave. Là aussi, toujours en vain.

Des dizaines de débris avaient été repérés il y a près de trois semaines par image satellite, mais aucun, parmi ceux récupérés, s'est avéré appartenir à l'épave d'un appareil.

Le premier ministre australien Tony Abbott avait indiqué la semaine dernière que les recherches avec le robot sous-marin ne dureraient que quelques jours, environ une semaine.

Le vol MH370 assurait la liaison Kuala Lumpur-Pékin le 8 mars au matin quand il a disparu des écrans radars civils une heure après son décollage de la capitale malaisienne.

Il transportait 239 personnes et les circonstances de sa disparition restent mystérieuses. En fonction des données satellitaires recueillies, les experts pensent que l'appareil s'est abîmé dans le sud de l'océan Indien, au large de la côte occidentale australienne.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer