Un cas suspect d'Ebola au Québec

Des chariots d'équipements médicaux pour l'Ebola à l'Hôpital... (Photo Alain Roberge, Archives La Presse)

Agrandir

Des chariots d'équipements médicaux pour l'Ebola à l'Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal.

Photo Alain Roberge, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola

International

Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

Un cas suspect d'Ebola a été pris en charge aujourd'hui dans la région de Lanaudière, peut-on lire sur le site du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Il s'agit d'un voyageur revenant des pays touchés par l'épidémie. Une demande d'analyse a été envoyée au Laboratoire de santé publique du Québec pour confirmer ou non le diagnostic.

Depuis le début du mois de septembre, Québec déclare en temps réel tous les cas suspects d'Ebola se déclarant sur son territoire. 

Risque faible

Cette personne est revenue d'Afrique le 4 janvier et les symptômes sont apparus ce mardi, soit 16 jours après son retour, ce qui réduit considérablement les probabilités d'infection, selon ce qu'a expliqué la directrice de la santé publique de Lanaudière, la docteure Muriel Lafarge, en entrevue avec La Presse Canadienne.

«Habituellement, l'incubation est de sept à 10 jours, mais le plan de surveillance des personnes qui reviennent de ces pays va jusqu'à 21 jours, pour ne prendre aucun risque. Donc, elle est considérée vraiment à risque faible», a indiqué la docteure Lafarge.

D'ailleurs, cette personne, dont les autorités refusent de préciser s'il s'agit d'un homme ou d'une femme, qui a été placée sur la liste de surveillance dès son retour, n'a jamais été considérée comme un grand risque, a-t-elle précisé.

«À son arrivée au pays, elle était aussi considérée à risque faible. Ça dépend de l'exposition dans les pays concernés», a expliqué Mme Lafarge, soulignant qu'elle n'avait pas été dans des zones où elle aurait pu être exposée au virus de l'Ebola.

On lui avait demandé de prendre sa température deux fois par jour et d'aviser les autorités de toute variation et tout indique que le plan de surveillance a bien fonctionné.

«Elle a appelé la Direction de la santé publique tel que demandé, dès que les symptômes sont apparus (mardi). Elle présente de la fièvre et des diarrhées, c'est pour cela qu'on vérifie. Elle a été aussitôt référée dans un centre hospitalier pour la validation du diagnostic», a précisé la docteure Lafarge.

Cette personne a donc été hospitalisée dans un établissement de la région, où les protocoles prévus ont été mis en place.

Les autorités sanitaires attendent maintenant les résultats des analyses requises dans une telle situation.

Il s'agit du sixième cas suspect à être enregistré au Québec. Jusqu'à maintenant, aucun cas n'a été déclaré positif. Les trois premiers cas, survenus en septembre, avaient tous été signalés dans la région de Montréal. Les deux suivants avaient été signalés en octobre, l'un dans les Laurentides et l'autre en Abitibi-Témiscamingue.

Avec La Presse Canadienne

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Pas de cas d'Ebola dans Lanaudière

    Virus Ebola

    Pas de cas d'Ebola dans Lanaudière

    Le cas suspect d'Ebola pris en charge hier dans la région de Lanaudière s'avère finalement négatif, a annoncé ce matin le ministère de la Santé et... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer