New Jersey: la mise en quarantaine d'une infirmière levée

Kaci Hickox avait estimé avoir été traitée comme... (PHOTO STEVE HYMAN, REUTERS)

Agrandir

Kaci Hickox avait estimé avoir été traitée comme une criminelle à son arrivée vendredi à l'aéroport de Newark au New Jersey. Malgré l'absence de symptômes, elle avait été placée en quarantaine pour normalement 21 jours, la durée maximale d'incubation, dans une tente adjacente à un hôpital de cet État de l'Est américain, sans douche ni toilettes équipées de chasse d'eau.

PHOTO STEVE HYMAN, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola

International

Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

Agence France-Presse
NEW YORK

Une infirmière américaine qui avait violemment réagi à sa mise en quarantaine obligatoire après son retour de Sierra Leone où elle avait soigné des malades de l'Ebola, a finalement été autorisée à sortir de l'hôpital lundi.

Kaci Hickox avait estimé avoir été traitée comme une criminelle à son arrivée vendredi à l'aéroport de Newark au New Jersey. Malgré l'absence de symptômes, elle avait été placée en quarantaine pour normalement 21 jours, la durée maximale d'incubation, dans une tente adjacente à un hôpital de cet État de l'Est américain, sans douche ni toilettes équipées de chasse d'eau.

> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu

Le gouverneur de l'État, le républicain Chris Christie, a consenti lundi à lever sa mise en quarantaine, cédant aux pressions notamment de la Maison-Blanche.

Après la découverte d'un premier cas d'Ebola chez un médecin à New York, les gouverneurs des États de New York, Andrew Cuomo, et du New Jersey Chris Christie, avaient instauré vendredi, une mise en quarantaine obligatoire pour tous les voyageurs ayant eu des contacts avec des malades en Afrique de l'Ouest. L'Illinois a pris la même décision dimanche.

Mais à la suite de vives critiques et sous la pression de la Maison-Blanche, l'État de New York a assoupli ces règles dimanche.

Le ministère de la Santé de l'État du New Jersey a annoncé que l'infirmière pourrait bientôt sortir, car elle ne présentait pas de symptômes depuis des examens réalisés dimanche.

Kaci Hickox va être conduite chez elle dans le Maine, son État d'origine, par un transporteur privé.

L'infirmière avait déclaré samedi sur CNN qu'elle «avait le sentiment d'avoir vu ses droits les plus élémentaires bafoués», insistant sur le fait qu'elle n'était pas contagieuse, car elle n'avait aucun symptôme.

Les autorités sanitaires du New Jersey ont affirmé avoir fait «tous les efforts» pour assurer son confort et qu'elle bénéficiait d'un accès à un ordinateur, un téléphone portable et à toutes lectures de son choix.

Le maire de New York, le démocrate Bill de Blasio, avait critiqué le choix de Chris Christie, présentant Mme Hickox comme une héroïne humiliée.

Par ailleurs, lundi, un enfant de cinq ans qui présentait de la fièvre après un voyage en Afrique de l'Ouest passait des examens à l'hôpital Bellevue où est soigné Craig Spencer, le premier cas d'Ebola à New York.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer