Zarif voit «les signes d'une entente possible»

La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton aux... (PHOTO DIETER NAGL, AFP)

Agrandir

La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton aux côtés du ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, mercredi à Vienne.

PHOTO DIETER NAGL, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Nucléaire iranien

International

Nucléaire iranien

Consultez notre dossier sur le nucléaire iranien »

Sur le même thème

Christophe SCHMIDT
Agence France-Presse
VIENNE

Les grandes puissances et l'Iran se sont félicité mercredi de nouvelles discussions «utiles» sur le programme nucléaire iranien à Vienne, où les négociateurs ont commencé à entrevoir la perspective d'un accord final.

«Nous avons eu des discussions substantielles et utiles», a assuré à la fin de deux jours de réunion le chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton.

Mme Ashton, qui mène la négociation au nom du 5+1 (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne), s'exprimait aux côtés de Mohammad Javad Zarif, le ministre iranien des Affaires étrangères.

Comme il est d'usage en cours de négociation, elle s'est bornée à énumérer les sujets de discussion - «l'enrichissement (d'uranium), le réacteur d'Arak, la coopération nucléaire civile et les sanctions» -, sans entrer dans le détail.

Mais pour M. Zarif, dont les propos étaient reproduits par l'agence de presse Fars, «sur les quatre sujets, il y a les signes d'une entente possible respectant les droits de la nation iranienne».

«Il est prévu de commencer au cours de la réunion au mois d'Ordibehesht (21 avril - 21 mai) les négociations (...) pour la rédaction de l'accord final», a-t-il ajouté.

En novembre, les deux parties avaient conclu un plan sur six mois. Celui-ci prévoit le gel de certaines activités nucléaires iraniennes en échange d'une levée partielle et provisoire des sanctions internationales qui étranglent l'économie de l'Iran, et le privent chaque semaine de milliards de revenus tirés du pétrole.

Les négociateurs essaient de transformer l'accord -au plus tôt d'ici au 20 juillet- en un arrangement définitif qui supprimerait toutes les sanctions en échange de garanties solides données par Téhéran.

Enjeu : la fin d'une décennie de confrontation dangereuse entre l'Iran, qui proclame son droit au nucléaire civil, et les grandes puissances, qui le soupçonnent de chercher secrètement à se doter de la bombe atomique.

À Vienne cette semaine, les négociateurs «ont abordé les principaux sujets plus à fond qu'ils ne l'avaient jamais fait précédemment», a indiqué un haut responsable américain.

La même source parle d'un climat «professionnel, respectueux, intense» et soucieux des détails dans les discussions. Les négociateurs des deux côtés auraient notamment avancé dans l'identification des «écarts» existants entre la position iranienne et celles des 5+1, et sur la façon de les combler.

Les points les plus délicats sont l'étendue du programme iranien d'enrichissement d'uranium et le réacteur à eau lourde d'Arak. Cet équipement encore en construction utilise la filière du plutonium, qui pourrait elle aussi servir à fabriquer une bombe nucléaire.

Selon le négociateur iranien Abbas Aragchi, les discussions butent notamment sur la définition des «besoins pratiques» de l'Iran, en vue d'un accord concernant le nombre et le type des centrifugeuses utilisées pour enrichir l'uranium.

Quant au réacteur d'Arak, pas question à l'heure actuelle pour l'Iran d'y renoncer.

Encore beaucoup d'écueils 

Un écueil a été évité cette semaine à Vienne : la Russie et les Occidentaux sont parvenus à laisser de côté leur vif affrontement autour de la Crimée pour se présenter unis face à l'Iran.

La négociation sur le nucléaire iranien reste toutefois tributaire d'autres pressions politiques très fortes au sein des Etats concernés.

Mardi à Washington, 83 des 100 sénateurs américains ont ainsi posé leurs conditions au président Barack Obama pour accepter un accord final. Ils exigent notamment la fermeture du réacteur d'Arak.

En Iran à l'inverse, les deux tiers des députés ont mis en garde dimanche contre les velléités d'imposer «des limitations ou des interdictions sur les activités de recherches, notamment le développement (...) d'Arak et l'enrichissement».

En Israël, le ministre de la Défense Moshé Yaalon, a laissé entendre dans une conférence lundi qu'il serait favorable à une frappe unilatérale contre le programme nucléaire iranien.

Les prochaines discussions-marathon se dérouleront du 7 au 9 avril, toujours à Vienne.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer