Santé des vétérans : McCain défend Trump

John McCain... (PHOTO AP)

Agrandir

John McCain

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Associated Press
Washington

Le sénateur John McCain se porte à la défense de Donald Trump, qui semble avoir suggéré que les anciens combattants souffrant de troubles de stress post-traumatique ne sont pas aussi forts que les autres qui n'éprouvent aucun problème.

Le sénateur de l'Arizona et ex-candidat républicain à la présidence a dit en entrevue avec l'équipe éditoriale de l'Arizona Daily Star que les commentaires de M. Trump avaient été déformés par les médias.

Selon lui, il s'agit d'un «exemple classique de la frénésie des médias» et de leur «parti pris».

Donald Trump a suscité les critiques de certains groupes de vétérans après avoir dit plus tôt cette semaine que certains soldats «étaient forts» et qu'ils pouvaient «faire face» à ces difficultés alors que d'autres «ne pouvaient pas y faire face».

M. Trump a remercié M. McCain sur Twitter pour ses «remarques aimables».

La relation entre Donald Trump et John McCain n'a pas toujours été des plus harmonieuses. Il y a quelques mois, le candidat à la présidence avait remis en question le statut de héros de guerre du sénateur parce qu'il avait été fait prisonnier lors de la guerre du Vietnam.

Au lendemain du débat entre leurs colistiers, les deux candidats à la présidence se préparaient eux-mêmes à leur prochaine joute, qui se déroulera dimanche à Saint-Louis, au Missouri.

Hillary Clinton était à sa résidence de Washington avec ses conseillers, tandis que son mari, l'ex-président Bill Clinton, était sur le terrain pour faire campagne.

Devant des syndicalistes réunis à Youngstown, en Ohio - un État pivot de l'élection - M. Clinton a dépeint le candidat républicain comme une «solution de rechange dangereuse» à sa femme, qui souhaite améliorer les conditions de «tous» les Américains, a-t-il dit.

«Si vous ne voulez pas que quelqu'un conduise le camion au fond d'un fossé, ne lui donnez pas les clés!», a-t-il illustré.

De passage à Las Vegas, Donald Trump a félicité son colistier, Mike Pence, pour sa performance au débat, et il n'a pas manqué de s'attribuer du mérite par rapport à sa prestation.

«(Mike Pence) a fait un travail incroyable et on m'attribue beaucoup de mérite pour ça», a-t-il dit, ajoutant que les électeurs avaient pu «avoir un bon aperçu de son jugement».

M. Trump est par ailleurs revenu sur plusieurs critiques formulées par le colistier démocrate, Tim Kaine, qui l'a accusé d'être trop proche du dirigeant russe Vladimir Poutine lors du débat.

«(Les gens disent que) Donald Trump aime Poutine. Je n'aime pas, je ne déteste pas, on verra comment ça fonctionne», a-t-il lancé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer