Trump veut suspendre l'immigration de pays ayant des liens avec le terrorisme

Donald Trump a réagi cet après-midi à la... (PHOTO Brian Snyder, REUTERS)

Agrandir

Donald Trump a réagi cet après-midi à la tuerie d'Orlando en livrant un discours à Manchester, au New Hampshire.

PHOTO Brian Snyder, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Le candidat républicain présumé à la présidentielle de novembre Donald Trump promet de suspendre toute immigration en provenance de pays ayant eu un lien avec une forme ou l'autre de terrorisme, voyant dans l'arrivée des réfugiés un dangereux « cheval de Troie ». L'homme d'affaires refuse par ailleurs de qualifier le tueur d'Orlando d'Américain même s'il est né aux États-Unis, estimant qu'il est « né afghan de parents afghans ».

Donald Trump a réagi cet après-midi à la tuerie d'Orlando en livrant un discours à Manchester, au New Hampshire. Il a affirmé que, une fois élu, il utiliserait les pouvoirs de la présidence pour restreindre l'immigration pour plusieurs nationalités. « Je vais suspendre l'immigration en provenance de pays qui a un historique de terrorisme contre les États-Unis, l'Europe et nos alliés. Nous n'avons pas le choix », a déclaré Donald Trump.

> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu

« Vous voyez les dommages qu'une seule personne peut faire. Imaginez s'ils agissent en groupes, groupes qu'on autorise à immigrer présentement », a lancé le candidat républicain.

Attaquant sa rivale démocrate Hillary Clinton sur sa politique d'ouverture envers les réfugiés en provenance du Proche-Orient, Donald Trump a estimé qu'il s'agissait d'un « cheval de Troie ».

Il refuse par ailleurs de voir le tireur d'Orlando comme un citoyen américain même si celui-ci est né aux États-Unis. Donald Trump a insisté pour dire qu'il était issu d'une famille d'immigrants afghans et que son père voulait briguer la présidence de l'Afghanistan, en plus de soutenir les talibans.

Donald Trump a accusé le président Barack Obama de nuire au travail des agences de renseignement responsables de prévenir les attaques terroristes. « On ne leur permet pas de faire leur travail. Ils placent le politiquement correct au-dessus du gros bon sens. Je refuse d'être politiquement correct. Je veux régler les problèmes, je veux redonner à l'Amérique sa grandeur. »

Donald Trump a dénoncé le plan d'Hillary Clinton de restreindre l'accès aux fusils d'assaut. « Ils ont essayé ça en France, le pays le plus restrictif pour les armes à feu, et des terroristes islamiques radicaux ont tué 130 personnes. Leur seul plan est de désarmer des citoyens qui respectent la loi. »

L'aspirant président a également estimé    que les musulmans américains connaissent les radicaux au sein de leur communauté et doivent les dénoncer avant qu'ils commettent des crimes. « Ils doivent travailler avec nous à identifier les mauvais musulmans. Ils savent qui ils sont. Ils le savaient pour la tuerie de San Bernardino, mais ils ne les ont pas dénoncés et il y a eu des morts. » Trump a ajouté que ceux qui ne dénonçaient pas devaient subir des conséquences.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer