Les rebelles en Syrie affirment avoir pris Al-Bab, fief de l'EI

La ville d'Al-Bab.... (Photo Khalil Ashawi, archives REUTERS)

Agrandir

La ville d'Al-Bab.

Photo Khalil Ashawi, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Nazeer AL-KHATIB, Maya GEBEILY
Agence France-Presse
Al-Bab et Beyrouth

Trois groupes rebelles syriens pro-turcs ont annoncé jeudi avoir pris la ville d'Al-Bab, fief du groupe État islamique (EI) dans la province septentrionale d'Alep, Ankara affirmant toutefois que de vastes opérations de ratissage sont encore en cours.

Le correspondant de l'AFP, qui a pu se rendre à Al-Bab, a vu des rebelles dansant dans les rues au son de chants de la révolution, tandis que d'autres insurgés, assis sur la chaussée, étaient en train de prendre leur petit-déjeuner, l'air soulagé, malgré les tirs entendus au loin.

D'autres, plus tendus, discutaient de trois bombes qui avaient explosé dans la matinée dans leur secteur.

Des corps, vraisemblablement de membres de l'EI, gisaient dans des bâtiments détruits tandis que des barrages de sable obstruaient des rues.

«Nous annonçons la libération totale de la ville d'Al-Bab», située à 25 kilomètres au sud de la frontière turque, a indiqué à l'AFP Ahmad Othmane, chef du groupe rebelle syrien Sultan Mourad. «Nous procédons au déminage des quartiers résidentiels», a-t-il ajouté.

«Hier (mercredi), nous avons pris le centre-ville qui était le quartier général de l'EI (...) les djihadistes se sont effondrés et ce matin (jeudi) vers 6h00 (23h00 mercredi HE), nous avons parachevé l'opération», a affirmé à l'AFP Saïf Abou Bakr, chef de la formation rebelle al-Hamza.

Le ministre turc de la Défense Fikri Isik s'est montré un peu plus prudent, indiquant à l'agence de presse progouvernementale Anadolu que «la ville d'Al-Bab est désormais presque entièrement sous contrôle».

Les forces d'Ankara «sont entrées dans le centre-ville (...) Des opérations de ratissage de grande ampleur sont en cours», a-t-il ajouté.

Des habitants interpellaient le correspondant de l'AFP pour lui demander son téléphone portable afin de pouvoir prévenir leurs proches qu'ils étaient en vie.

Si la reprise totale d'Al-Bab était confirmée par la Turquie, cela représenterait un succès majeur pour Ankara qui avait lancé fin août une opération militaire dans le nord de la Syrie pour chasser les djihadistes des environs de sa frontière.

Al-Bab, où résidaient près de 100 000 habitants, «est importante, car (sa perte) priverait l'EI d'une importante source de revenus à travers les taxes», a expliqué à l'AFP Aaron Stein, chercheur au centre de réflexion Atlantic Council basé à Washington.

«C'était une zone où (les djihadistes) se réunissaient et planifiaient des attaques contre les Syriens et l'Occident», a-t-il ajouté.

L'EI avait conquis en 2014 de vastes territoires en Irak et en Syrie.

Al-Bab était la dernière grande ville sous son contrôle dans la province d'Alep, mais le groupe ultraradical conserve la main sur la partie orientale de cette province.

Pari réussi

Depuis le 10 décembre, les militaires turcs ont perdu 69 hommes dans la bataille d'Al-Bab.

Et selon l'OSDH, 353 civils, dont 87 enfants ont péri dans la région d'Al-Bab et ses environs dans des bombardements turcs depuis le 21 décembre. L'armée turque nie ces accusations et affirme faire tout pour éviter des pertes civiles.

Le chef du groupe rebelle Liwa al-Moutassem, Abou Jaafar, a affirmé que les forces proturques «ont tué des dizaines de combattants de l'EI et évacué plus de 50 familles d'Al-Bab».

Si la Turquie réussit son pari de «chasser l'EI de sa frontière (...), elle devra maintenant traiter la question d'une occupation prolongée d'un pays étranger et veiller à ce qu'il y ait une transition vers une administration civile», a toutefois estimé Aaron Stein.

L'EI est aussi visée dans la province d'Alep par l'armée du régime de Bachar al-Assad. Les troupes gouvernementales étaient arrivées à 1,5 km d'Al-Bab, mais la Russie avait demandé à son allié Damas de ne pas entrer dans la cité.

En revanche, l'armée se prépare à attaquer la partie est de la province d'Alep.

Le régime veut notamment capturer la localité d'al-Khafsa, où se trouve une station de pompage d'eau alimentant la ville d'Alep et qui est mise hors service par l'EI depuis un mois et demi, selon l'OSDH.

Outre chasser l'EI de sa frontière, Ankara a de son côté réussi à couper toute possibilité pour les autonomistes kurdes syriens de contrôler une bande continue tout au long de sa frontière. Désormais le cantons de l'est avec Kobane et celui de l'ouest avec Afrine sont séparés par des territoires contrôlés par les forces proturques.

Déclenchée par la répression de manifestations prodémocratie, la guerre en Syrie qui a fait plus de 310 000 morts est devenue très complexe avec la montée en puissance de groupes djihadistes et l'implication de forces régionales et internationales.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer