Les forces irakiennes très proches de la périphérie de Mossoul

Depuis le 17 octobre, des dizaines de milliers... (PHOTO AFP)

Agrandir

Depuis le 17 octobre, des dizaines de milliers de membres des forces de sécurité évoluent sur les fronts est, sud et nord. Des unités paramilitaires dominées par des milices chiites viennent par ailleurs de lancer une offensive à l'ouest pour priver les jihadistes de leur liberté de mouvement entre Mossoul et la frontière syrienne.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Sarah BENHAIDA, Ahmad AL-RUBAYE
Agence France-Presse
BARTALLA et Qayyarah

Les forces irakiennes n'avaient plus lundi que quelques centaines de mètres à reconquérir pour prendre position à la périphérie est de Mossoul, le bastion du groupe État islamique (EI) désormais sous pression de tous les côtés.

Cette offensive d'envergure sur la deuxième ville d'Irak est entrée dans sa troisième semaine et des dizaines de localités situées dans les plaines autour de la métropole ont été reprises aux djihadistes avec le soutien de l'aviation et de l'artillerie de la coalition internationale menée par Washington.

Les forces d'élite du contre-terrorisme (CTS) faisaient face lundi à des attaques au mortier des djihadistes alors qu'elles progressaient depuis la ville chrétienne de Bartalla vers les quartiers est de Mossoul, ont constaté des journalistes de l'AFP sur la ligne de front.

Les forces irakiennes n'ont pas encore mis le pied dans l'agglomération de Mossoul, a indiqué lundi un responsable militaire irakien en démentant des informations faisant état d'une telle percée.

« Nous ne sommes pas entrés dans le quartier d'Al-Karama [dans l'est de Mossoul], nos forces sont dans le village de Gogjali », a expliqué à l'AFP Abdelwahab al-Saadi, un commandant des CTS, qui opèrent sur le front est de l'offensive sur la métropole du nord de l'Irak.

Gogjali était, avec le village de Bazwaya, l'une des deux cibles fixées lundi aux forces du contre-terrorisme, qui avancent depuis l'est et la ville de Bartalla.

Bazwaya a été repris et si Gogjali tombe, « ce [lundi] soir nous serons à 700 mètres de [l'agglomération de] Mossoul », a indiqué un responsable militaire au sein des CTS, Muntadhar Salem.

Pour lui et ses hommes engagés dans le « régiment de Mossoul », la reprise de la deuxième ville d'Irak est une question d'honneur. Ils étaient les derniers à avoir battu en retraite lorsque l'EI a capturé la cité en juin 2014, et veulent désormais être les premiers à y retourner.

Depuis le 17 octobre, des dizaines de milliers de membres des forces de sécurité évoluent sur les fronts est, sud et nord.

Des unités paramilitaires dominées par des milices chiites viennent par ailleurs de lancer une offensive à l'ouest pour priver les djihadistes de leur liberté de mouvement entre Mossoul et la frontière syrienne.

La coalition internationale avait annoncé vendredi une « pause » de deux jours des forces irakiennes afin de consolider leurs premiers gains territoriaux et la progression a repris lundi sur le front est.

Réputation sulfureuse

Au nord et à l'est de Mossoul, les forces kurdes ont consolidé leurs positions après avoir récemment repris quelques localités alors qu'au sud, les forces fédérales remontent la vallée du Tigre mais sont encore loin des abords de la cité où l'EI avait déclaré en 2014 son « califat ». Ce sont elles qui ont le plus de terrain à gagner.

À plusieurs dizaines de kilomètres à l'ouest de la métropole du nord de l'Irak, les unités paramilitaires de la Mobilisation populaire (Hached al-Chaabi) ont été chargées de prendre Tal Afar pour couper la route entre Mossoul et la frontière syrienne, un pays où les djihadistes se ravitaillent depuis les zones sous leur contrôle.

Lundi, elles ont annoncé avoir repris une série de villages et encerclé d'autres.

Officiellement, ces forces dominées par des milices chiites soutenues par l'Iran ne participeront à la libération de Mossoul, où la communauté sunnite est largement majoritaire, mais certains de leurs commandants l'entendent autrement.

Ces milices à la réputation sulfureuse ont été accusées de violences confessionnelles dans des zones sunnites précédemment libérées du joug djihadiste, comme Fallouja et Ramadi (ouest).

17 500 déplacés

Une fois en position autour de Mossoul, les forces irakiennes devraient ensuite entamer un siège et tenter d'ouvrir des couloirs sécurisés pour faciliter la fuite des habitants, que les djihadistes pourraient utiliser comme « boucliers humains ».

Ensuite, il leur faudra livrer une guerre urbaine aux quelques 3000 à 5000 djihadistes, selon des estimations américaines, retranchés dans l'agglomération, qui compte environ 1,5 million d'habitants d'après l'ONU.

Si les déplacements de population n'ont pour l'heure rien de massif, les organisations humanitaires redoutent un afflux dès que les forces irakiennes entreront dans l'agglomération.

Plus de 17 500 personnes ont quitté leurs foyers en deux semaines d'opérations militaires et le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) assure qu'il ne reste à l'heure actuelle que 55 000 places disponibles dans les divers camps aménagés.

Dans les localités reprises à l'EI, quelques civils tentent de reprendre une vie normale après plus de deux ans de joug djihadiste mais la plupart de ces secteurs ne sont pas encore habitables. Dans certaines zones, il faudra encore des mois pour déminer et reconstruire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer