Tunisie: un groupe revendique au nom de l'EI la décapitation d'un jeune berger

Des Tunisiens prient lors de l'enterrement de Mabrouk... (Photo MOKHTAR KAHOULI, AFP)

Agrandir

Des Tunisiens prient lors de l'enterrement de Mabrouk Soltani, un berger de 16 ans, décapité par un groupe djihadiste qui l'accusait d'avoir renseigné les militaires sur les activités des djihadistes dans la région.

Photo MOKHTAR KAHOULI, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse

Un groupe djihadiste a revendiqué au nom du groupe État islamique (EI) la décapitation d'un jeune berger tunisien, l'accusant d'avoir informé l'armée sur ses mouvements dans la région de Sidi Bouzid (centre-ouest), dans une vidéo diffusée dimanche sur internet.

La décapitation de cet adolescent, le 13 novembre, a suscité émoi et colère en Tunisie. Ses assassins avaient ordonné à un proche de la victime, Chokri, 14 ans, témoin de la scène, de ramener la tête enveloppée dans du plastique à sa famille.

La vidéo publiée dimanche, dont l'authentification n'a pu être confirmée à ce stade, commence par un message écrit sur « la vérité de l'apostat Mabrouk le berger » qui, selon le texte, donnait à l'armée tunisienne des informations sur « les soldats de l'État islamique ».

« C'est le destin de tous ceux qui sont dans les rangs des tyrans de la Tunisie contre Jund al-Khilafa (les soldats du califat, en arabe) », est-il également écrit.

Puis la vidéo montre le berger, l'air effrayé, répondant aux questions d'un interlocuteur hors champ et dont la voix paraît modifiée. Les mains attachées derrière le dos, le jeune homme, qui porte un pull gris, affirme avoir été payé par un militaire pour surveiller les activités des djihadistes de la zone.

« Tu as balancé des informations sur les moudjahidin pour de l'argent! », assène le djihadiste au berger, qui rétorque avec effroi : « Nous n'avons pas d'argent. »

La vidéo se termine par l'exécution du jeune homme et un chant qui menace de « venir pour décapiter » d'autres personnes.

Selon les autorités tunisiennes, Mabrouk Soltani, 16 ans, a été assassiné par des djihadistes armés alors qu'il faisait paître ses moutons sur le mont Mghila.

Le mois dernier, un premier civil - un berger là aussi - avait été enlevé puis tué par des djihadistes dans la région de Kasserine (centre-ouest).

Depuis sa révolution de 2011, la Tunisie est confrontée à un essor de la mouvance jihadiste, en particulier dans les régions frontalières de l'Algérie et de la Libye.

Des dizaines de policiers et de militaires ont été tués et 59 touristes étrangers sont morts cette année dans deux attentats revendiqués par le groupe État islamique (EI).

Mi-novembre, sept femmes accusées de faire la propagande de l'EI ont été arrêtées. « Elles formaient une grande partie de l'aile médiatique de la branche de ce qui est appelé l'État islamique-Daech en Tunisie, Jund al-Khilafa », avait précisé le ministère de l'Intérieur dans un communiqué, utilisant l'acronyme arabe de l'EI.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer