L'Italie alarmée par la poussée djihadiste en Lybie

Le chef de la diplomatie italienne, Paolo Gentiloni... (PHOTO VIRGINIA MAYO, ARCHIVES AP)

Agrandir

Le chef de la diplomatie italienne, Paolo Gentiloni

PHOTO VIRGINIA MAYO, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Jean-Louis DE LA VAISSIERE
Agence France-Presse
Rome

L'Italie, partenaire privilégié de la Libye voisine, s'alarme de la poussée des djihadistes, se déclarant prête à «combattre» le terrorisme dans le cadre de l'ONU et exhortant l'Europe à faire de la crise libyenne une priorité.

Dans une interview remarquée à la chaîne SkyTg24, le chef de la diplomatie italienne, Paolo Gentiloni, a jugé vendredi soir qu'il fallait «se poser, avec les Nations unies, la question d'entreprendre quelque chose de plus» si «une médiation ne peut être trouvée» entre les belligérants.

«L'Italie est prête à combattre dans le cadre de la légalité internationale», a-t-il ajouté. Une formule reprise samedi à la une des médias italiens.

M. Gentiloni pensait à un combat contre la menace du terrorisme et n'entendait pas spécifiquement des forces militaires, a analysé samedi à l'AFP une source proche du gouvernement.

Mais l'Italie serait parmi les premiers pays à participer à une opération de maintien de la paix sous mandat de l'ONU, comme elle le fait par exemple au Liban. Les Italiens sont les plus actifs et les plus intéressés à une stabilisation de ce pays, a-t-elle ajouté.

Déjà en décembre, M. Gentiloni avait averti que l'Italie n'accepterait pas une division de la Libye, «à 200 milles de nos côtes». Il avait demandé l'organisation d'une table ronde des forces modérées --qui semble plus difficile que jamais-- et exprimé la disponibilité à participer à une opération de «peace keeping» (maintien de la paix).

Or selon l'experte de l'International Crisis Group, Claudia Gazzini, «une opération de peacekeeping est difficile s'il n'y a pas au moins un accord de paix» au préalable.

«Or les conditions militaires, politiques et de sécurité sont désespérées», ajoute-t-elle dans le quotidien Repubblica, en décrivant le fractionnement extrême des camps en présence en Libye.

La Libye est plongée dans le chaos avec deux gouvernements rivaux, l'un mis en place par une coalition de milices, Fajr Libya, qui s'est emparé de la capitale cet été, et l'autre reconnu par la communauté internationale et qui a dû s'exiler dans l'est du pays.

L'État islamique est actif dans sept villes, a averti début février un haut responsable libyen, Aref Ali Nayed, conseiller du premier ministre libyen Abdullah al-Thani.

«Califat à nos portes»

L'Italie se sent menacée à plusieurs égards: afflux en Italie d'immigrés fuyant divers conflits vers l'Europe -une moyenne de 400 par jour, principalement d'Afrique, et 80% passant par la Libye--, naufrages dramatiques au large de la Sicile faute de dispositif de secours européen efficace, intérêts gaziers et pétroliers à risque, etc.

«On ne peut accepter qu'à quelques heures seulement de navigation d'ici, il y ait une menace terroriste», a ajouté à SkyTG24 M. Gentiloni, en allusion à l'expansion de milices proches du groupe État islamique (EI).

Son collègue de l'Intérieur Angelino Alfano a dénoncé le risque d'«un califat islamique à nos portes».

Certaines voix dans l'opposition de droite xénophobe, hostile à l'immigration clandestine, vont jusqu'à réclamer l'envoi de bataillons militaires sur l'île de Lampedusa.

Responsabilité européenne

Face à la poussée djihadiste, la centaine d'Italiens venus travailler ces dernières années en Libye ont été appelés à la quitter rapidement. Beaucoup seraient en train de partir, indique-t-on à la Farnesina.

Quelques centaines d'autres ayant la double nationalité et leurs racines familiales dans le pays, devraient par contre rester.

L'ambassade à Tripoli reste encore ouverte, avec un personnel réduit.

Devant cette crise, le gouvernement italien s'adresse aussi à l'Europe.

«Sans une rapide mobilisation générale pour la Libye, nous assisterons à d'autres tragédies en mer et à l'installation d'un califat islamique à quelques milles nautiques de nos côtes qui sont italiennes et européennes», a averti M. Alfano.

L'Italie rappelle ainsi à l'Europe du Nord, préoccupée par le front ukrainien, sa responsabilité sur le front méditerranéen.

Rome a critiqué le dispositif «Triton», l'opération européenne de contrôle des frontières, qui, faute de moyens, n'a pu éviter la disparition en Méditarranée de quelque 300 migrants mercredi dernier. Elle appelle l'Europe à faire davantage, dans son propre intérêt.

La haute représentante pour la politique étrangère et de sécurité, l'Italienne Federica Mogherini, a répondu samedi dans le Corriere della Sera aux angoisses italiennes: «L'Union européenne a déjà préparé et individualisé des mesures qui peuvent éventuellement accompagner et protéger le processus de formation d'un embryon de gouvernement d'unité nationale en Libye», a-t-elle assuré.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer