Une femme et un fils du chef de l'EI arrêtés au Liban

Abou Bakr al-Baghdadi s'est autoproclamé le 29 juin... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Abou Bakr al-Baghdadi s'est autoproclamé le 29 juin «calife» de tous les musulmans.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
BEYROUTH

L'armée libanaise a arrêté une femme et un fils du chef du groupe armé État islamique Abou Bakr Al-Baghdadi près de la frontière avec la Syrie il y a dix jours, a affirmé mardi une source militaire.

«Une des femmes de Baghdadi est détenue avec son fils au centre des services de renseignements militaires de Yarzé (près de Beyrouth) après avoir été arrêtée avec une carte d'identité falsifiée. Elle doit être interrogée», a déclaré cette source.

«Cette jeune femme de nationalité syrienne a été arrêtée par les services de renseignements militaires alors qu'elle voyageait avec son fils, âgé de 8 ou 9 ans, près (de la ville frontalière sunnite) d'Arsal il y a dix jours», a indiqué cette source.

«Il s'agit de sa seconde femme», a encore indiqué la source.

Arsal, sur la frontière avec la Syrie, est une des seules localités sunnites au milieu d'un environnement chiite. Elle est favorable à la rébellion contre le président syrien Bachar al-Assad alors que la majorité des chiites et notamment le Hezbollah soutient le régime syrien.

Abou Bakr al-Baghdadi s'est autoproclamé le 29 juin «calife» de tous les musulmans.

Il est le chef du groupe jihadiste probablement le plus puissant, riche et brutal au monde, après s'être affranchi du réseau Al-Qaïda, groupe qui sème la terreur sur l'Irak et la Syrie

Cette organisation s'est emparée de pans entiers de l'Irak à la faveur d'une offensive fulgurante lancée début juin et contrôle de vastes territoires en Syrie.

Cette influence territoriale et ces exactions ont conduit les États-Unis à rassembler une coalition internationale qui bombarde par les airs les positions des djihadistes, et à envoyer quelque 3100 soldats pour conseiller les forces de sécurité irakiennes dépassées.

Né en 1971 à Samarra au nord de Bagdad, selon Washington, Baghdadi aurait rejoint l'insurrection en Irak peu après l'invasion conduite par les États-Unis en 2003, et aurait été incarcéré dans un camp de détention américain.

Les forces américaines avaient annoncé en octobre 2005 la mort d'Abou Douaa - un des surnoms de Baghdadi - dans un raid aérien. Mais il est réapparu, vivant, en mai 2010 à la tête de l'État islamique en Irak (ISI), la branche irakienne d'Al-Qaïda.

En avril 2013, Baghdadi a annoncé une fusion entre l'ISI et les combattants du Front al-Nosra pour former l'EIIL (État islamique et en Irak et au Levant), mais ces derniers ont refusé d'adhérer. Les deux groupes ont commencé à opérer séparément, avant de s'affronter en Syrie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer