Première attaque djihadiste à la frontière syro-turque

Un combattant kurde marche dans une rue de... (PHOTO JAKE SIMKIN, AP)

Agrandir

Un combattant kurde marche dans une rue de Kobané, le 19 novembre.

PHOTO JAKE SIMKIN, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Rana MOUSSAOUI
Agence France-Presse
BEYROUTH

Les djihadistes du groupe État islamique (EI) ont mené samedi pour la première fois une double attaque suicide au poste-frontière entre la Turquie et la ville syrienne kurde de Kobané qu'ils tentent de prendre depuis près de trois mois.

Des responsables du principal parti kurde syrien PYD et une ONG syrienne ont affirmé que les kamikazes de l'EI étaient venus «du côté turc» de la frontière, mais Ankara a dénoncé un «mensonge grossier».

Après la double attaque, de violents combats, qui se poursuivaient en début de soirée, ont éclaté du côté syrien du poste-frontière entre les djihadistes et les YPG, la milice kurde défendant Kobané depuis le début de l'assaut djihadiste le 16 septembre.

Si les djihadistes parviennent à prendre le poste-frontière syrien tout proche de Kobané, ils couperaient la route d'approvisionnement des combattants kurdes et encercleraient totalement la ville située dans le Nord syrien.

«Des affrontements ont éclaté pour la première fois dans la zone après deux attaques djihadistes à l'aube au poste-frontière séparant la Turquie de Kobané», a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Un djihadiste a mené une attaque à la voiture piégée et l'autre avec une ceinture explosive, selon l'ONG qui dispose d'un large réseau d'informateurs à travers la Syrie ravagée par la guerre depuis près de quatre ans.

L'OSDH a affirmé que l'attaque avait été lancée à partir du territoire turc. Khaled Issa, représentant du PYD à Paris, le parti chapeautant les YPG, a parlé d'une «première offensive des terroristes de l'EI contre Kobané depuis le territoire turc».

«Mensonge grossier»

M. Issa a affirmé que le PYD avait des vidéos mettant en cause l'implication de la Turquie, que les Kurdes syriens accusent toujours de soutenir l'EI.

La Turquie a confirmé une attaque au poste-frontière, mais a démenti toute utilisation de son territoire.

«Les allégations selon lesquelles le véhicule est passé par la Turquie sont des mensonges», a déclaré l'état-major tu. «Aucune autorité [turque] ne dispose d'élément permettant d'aller dans ce sens». Le bureau du premier ministre turc a dénoncé un «mensonge grossier».

Les combats dans et autour de Kobané ont fait 28 morts ces dernières 24 heures, dont 17 djihadistes et les deux kamikazes de samedi, selon l'OSDH.

L'EI cherche à conquérir Kobané pour s'assurer le contrôle d'une longue bande territoriale à la frontière syro-turque.

Les djihadistes et les combattants kurdes se partagent la ville. Après avoir réussi à stopper l'offensive, les Kurdes sont parvenus à reprendre une partie du terrain perdu, grâce à l'aide de frappes de la coalition menée par les États-Unis et de renforts de combattants kurdes d'Irak.

Mais pour le régime syrien, ces frappes ont eu peu d'impact sur le groupe extrémiste, appelant Washington à faire pression sur la Turquie, hostile au régime de Damas, pour qu'elle contrôle sa frontière.

«Est-ce que Daech [acronyme de l'EI en arabe] est plus faible aujourd'hui après plus de deux mois de frappes de la coalition? Tous les indicateurs montrent qu'il ne l'est pas», a souligné Walid Mouallem, chef de la diplomatie syrienne.

Combats à Ramadi en Irak

«Si les États-Unis et les membres du Conseil de sécurité de l'ONU ne mènent pas un réel effort pour obliger la Turquie à contrôler sa frontière, même ces frappes de la coalition ne pourront pas venir à bout de Daech», a dit M. Mouallem.

Au terme d'une visite à Moscou, allié de Damas, M. Mouallem a par ailleurs évoqué la mise en place d'un mécanisme pour établir un dialogue avec l'opposition, tout en estimant que cela nécessiterait «davantage de temps».

La montée en puissance des groupes djihadistes, notamment de l'EI, dans le conflit en Syrie a éclipsé le combat des rebelles contre le régime de Bachar al-Assad.

Accusé de crimes contre l'Humanité, l'EI regroupe des dizaines de milliers de combattants et est responsable de viols, rapts, exécutions et crucifixions dans les vastes régions sous son contrôle en Syrie comme en Irak voisin.

Sur le front irakien, l'armée, aidée de tribus, combattait samedi l'EI à Ramadi, chef-lieu de la province stratégique d'Al-Anbar que les djihadistes contrôlent déjà en grande partie.

La prise totale de Ramadi lui permettrait d'asseoir son autorité sur la province d'Al-Anbar, frontalière de la Jordanie, de l'Arabie saoudite, mais aussi de la Syrie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer