Syrie: plusieurs quartiers de Kobané aux mains des djihadistes

Une colonne de fumée s'élève de la ville... (PHOTO UMIT BEKTAS, REUTERS)

Agrandir

Une colonne de fumée s'élève de la ville kurde de Kobané, en Syrie, le 6 octobre.

PHOTO UMIT BEKTAS, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Sur le même thème

Fulya OZERKAN, Rana MOUSSAOUI
Agence France-Presse
Suruc et BEYROUTH

Les djihadistes ont pris le contrôle mardi matin dans trois quartiers de la ville kurde syrienne de Kobané, que des centaines d'habitants terrorisés ont fuie par crainte des exactions du groupe État islamique (EI).

Les forces kurdes engagées dans la défense de la troisième ville kurde de Syrie, connue également sous le nom d'Aïn al-Arab, étaient parvenues à repousser dans la nuit de dimanche à lundi un assaut des djihadistes, mais ceux-ci ont finalement réussi à entrer dans Kobané lundi en fin de journée.

S'ils conquièrent Kobané, les djihadistes s'assureront du contrôle sans discontinuité d'une longue bande de territoire à la frontière syro-turque.

Très rapidement, ils se sont emparés de trois quartiers de la ville: «ils ont pris la cité industrielle, Maqtala al-Jadida et Kani Arabane, dans l'est de Kobané après de violents combats contre les Unités de protection du peuple kurde (YPG)», a déclaré à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, en évoquant des scènes de «guérilla urbaine».

Terrorisés par l'avancée des djihadistes connus pour leurs exactions - meurtres, viols, rapts - des centaines «de civils résidant dans les quartiers Est ont fui vers la Turquie voisine», a-t-il précisé.

Sur Twitter, les messages portant le mot-clé SOSKOBANE se multipliaient, certains faisant état de l'avancée de Kurdes de Turquie vers la frontière syrienne pour venir en aide à la ville.

Sur sa page Facebook, le militant kurde originaire de Kobané Moustafa Ebdi a précisé que l'EI avait «lancé l'assaut grâce à des kamikazes qui se sont fait exploser».

Quelques heures auparavant, les djihadistes avaient planté les drapeaux noirs de l'EI à une centaine de mètres à l'est et au sud-est de la ville.

Dans la nuit pourtant, les combattants des YPG étaient parvenus à tendre une embuscade aux djihadistes, tuant 20 d'entre eux.

Frappes «insuffisantes»

En face, les Kurdes ont mobilisé les combattants de l'YPG, mais ceux-ci sont moins nombreux et moins bien armés que les djihadistes, équipés notamment de chars.

Signe du désespoir des forces kurdes, dimanche, une combattante de 20 ans a mené un attentat suicide contre une position de l'EI à l'est de la ville, provoquant la mort de «dizaines» de djihadistes, selon des sources kurdes.

Il s'agit de la première kamikaze kurde recensée depuis le début des violences en Syrie en mars 2011. «Si nécessaire, tous les combattants des YPG suivront son exemple», a averti son mouvement.

La coalition américano-arabe, qui a débuté des raids en Syrie le 23 septembre, n'a mené qu'un nombre limité de frappes dans le secteur, ne permettant pas d'arrêter l'avancée de l'EI.

Les raids «sont insuffisants pour battre les terroristes au sol», a déploré un responsable kurde, Idris Nahsen, réclamant «des armes et des munitions».

À ce propos, des responsables de l'armée américaine ont révélé lundi que seuls 10% des près de 2000 raids menés en Irak et en Syrie contre l'EI depuis début août ont été réalisés par des pays arabes et d'autres alliés des États-Unis.

L'offensive de l'EI dans la région a déjà fait des centaines de morts dans les deux camps depuis le 16 septembre et poussé à la fuite quelque 300 000 habitants, dont 180 000 ont trouvé refuge en Turquie.

Sans intervenir militairement, la Turquie surveille de près la situation, notamment en raison des obus qui atteignent son territoire depuis une semaine.

Des responsables kurdes ont dénoncé cette passivité, accusant Ankara de laisser faire les djihadistes, au moment où la presse britannique rapportait que les 46 otages turcs libérés fin septembre par l'EI pourraient avoir fait l'objet d'un échange contre 180 djihadistes, dont plusieurs seraient originaires de pays européens.

30 morts dans un double attentat

Ailleurs en Syrie, au moins 30 combattants et policiers kurdes ont péri dans un double attentat à la camionnette piégée mené par des kamikazes de l'EI, selon l'OSDH.

Les attentats ont visé deux positions des YPG et des assayesh, dont un camp d'entraînement, à l'entrée d'Hassaka. Parallèlement, les forces loyalistes regagnaient du terrain près de la capitale en reprenant lundi Doukhaniyé, aux portes de Damas.

En Irak voisin, où l'EI contrôle plusieurs régions, au moins 25 djihadistes ont été tués dans des frappes aériennes visant trois bases du groupe autour de Mossoul (nord), selon des sources médicales et des témoins.

Dans l'est du pays, cinq combattants kurdes ont été tués lundi lors d'une attaque djihadiste lancée depuis la ville stratégique de Jalawla, ont annoncé des sources militaires.

L'armée américaine a utilisé pour la première fois des hélicoptères dans sa lutte contre l'EI en Irak, ont indiqué des responsables lundi, ce qui marque une escalade dans la gestion du conflit et expose davantage au danger les soldats américains.

L'Australie, la Belgique et les Pays-Bas ont réalisé ces dernières heures leurs premières missions aériennes pour la coalition en Irak.

L'ancien chef du Pentagone Leon Panetta a averti que la lutte contre l'EI «pourrait durer 30 ans» et «faire peser des menaces sur la Libye, le Nigeria, la Somalie et le Yémen».



30 morts dans un double attentat 

Ailleurs en Syrie, au moins 30 combattants et policiers kurdes ont péri dans un double attentat à la camionnette piégée mené par des kamikazes de l'EI, selon l'OSDH.

Les attentats ont visé deux positions des YPG et des assayesh, dont un camp d'entraînement, à l'entrée d'Hassaka, ville partagée entre les forces kurdes et celles du régime de Bachar al-Assad.

Parallèlement, le régime de Bachar al-Assad regagnait du terrain près de la capitale. Son armée a repris lundi Doukhaniyé, aux portes de Damas à partir de laquelle les rebelles lançaient des obus sur la capitale. «La reprise de Doukhaniyé s'est faite en un temps record», a précisé une source militaire à l'AFP.

En Irak, où l'EI contrôle plusieurs régions, au moins 25 djihadistes ont été tués dans des frappes aériennes visant trois bases de l'EI autour de Mossoul (nord), selon des sources médicales et des témoins.

L'Australie, la Belgique et les Pays-Bas ont réalisé ces dernières heures leurs premières missions aériennes pour la coalition en Irak.

Trois avions Rafale envoyés en renfort du dispositif militaire français sont par ailleurs arrivés sur la base d'Al Dhafra, aux Émirats arabes unis.

L'ancien chef du Pentagone Leon Panetta a averti que la lutte contre l'EI «pourrait durer trente ans» et «faire peser des menaces sur la Libye, le Nigeria, la Somalie et le Yémen».

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer