Washington va vendre des armes à l'Arabie saoudite et aux Émirats

Un missile Patriot.... (Archives Reuters)

Agrandir

Un missile Patriot.

Archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
Washington

Les États-Unis prévoient de vendre des batteries de missiles Patriot à l'Arabie saoudite pour une valeur de 1,75 milliard de dollars et de l'artillerie de longue portée aux Émirats arabes unis pour 900 millions de dollars, selon le Pentagone mercredi.

Le département de la Défense a informé le Congrès de ces possibles ventes d'armes cette semaine, alors que des avions de chasse de ces deux pays du Golfe ont pris part à la campagne internationale de frappes aériennes menée par les États-Unis contre les djihadistes de l'organisation État islamique (EI) en Irak et en Syrie.

Le gouvernement saoudien a demandé l'achat de 202 missiles Patriot à capacité perfectionnée-III (PAC-3), la version la plus sophistiquée des armes anti-missiles Patriot, ainsi qu'un test de cible en vol, des kits de télémétrie et autres équipements de ce genre, a précisé dans un communiqué la Defense Security Cooperation Agency, l'agence fédérale chargée de la supervision des ventes d'armes.

«Cette offre de vente aidera à renouveler les missiles Patriot actuels de l'Arabie saoudite qui sont obsolètes et difficiles à conserver en raison de leur âge et de la disponibilité limitée des pièces de rechange», explique l'agence.

Cela contribuera aussi «à la politique étrangère et à la sécurité nationale des États-Unis, en aidant à améliorer la sécurité d'un partenaire qui a été, et continue d'être, une force importante pour la stabilité politique et la croissance économique au Moyen-Orient», ajoute-t-elle.

Le Koweït et le Qatar ont déjà acheté par le passé des missiles PAC-3, conçus pour détruire notamment des missiles balistiques dans les airs et des avions ennemis.

Les pays du Golfe ont ces dernières années lourdement investi dans des armes de défense antimissile, essentiellement pour se protéger face à l'Iran qu'ils considèrent comme une menace régionale.

Les missiles Patriot, fabriqués par Lockheed Martin, ont une portée de 300 kilomètres et ont des radars plus avancés que les anciens systèmes.

Le département américain de la Défense a également informé le Congrès de la vente prévue de 12 High Mobility Artillery Rocket Systems (HIMARS) Launchers, de l'artillerie de longue portée, aux Émirats arabes unis pour près de 900 millions de dollars.

Cette artillerie lourde «améliorera la capacité des Émirats arabes unis à faire face aux menaces actuelles et futures et à fournir une meilleure sécurité pour leurs infrastructures essentielles», explique l'agence.

Cela permettra aussi de renforcer leur capacité militaire à opérer avec les forces américaines, ajoute-t-elle.

Le Congrès a 30 jours pour soulever des objections à ces ventes d'armes. S'il n'en fait aucune, le gouvernement pourra négocier les contrats de vente avec les deux pays.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer