Égypte: élection présidentielle les 26 et 27 mai

Le maréchal al-Sissi, qui a quitté mercredi l'armée... (PHOTO AGENCE FRANCE PRESSE)

Agrandir

Le maréchal al-Sissi, qui a quitté mercredi l'armée et ses fonctions de vice-premier ministre et ministre de la Défense pour pouvoir se présenter, sera soumis à un second tour les 16 et 17 juin s'il n'emporte pas la majorité absolue au premier.

PHOTO AGENCE FRANCE PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Égypte
Égypte

Notre dossier sur le soulèvement populaire qui secoue l'Égypte. »

Haitham EL-TABEI
Agence France-Presse
Le Caire, Égypte

Élection présidentielle en Égypte les 26 et 27 mai L 'élection présidentielle en Égypte aura lieu les 26 et 27 mai, près de onze mois après la destitution du président islamiste Mohamed Morsi par l'armée, dont l'ex-chef Abdel Fattah al-Sissi est donné grand favori.

Celui qui est devenu l'homme fort du pays en annonçant le 3 juillet l'éviction du seul président jamais élu démocratiquement d'Égypte a annoncé la semaine dernière qu'il serait candidat.

Les experts prédisent qu'il sera confortablement élu à l'issue de l'élection dont la date a été fixée dimanche par la commission électorale qui organise le scrutin.

Pour pouvoir officiellement annoncer sa candidature - une procédure qui sera ouverte lundi - le maréchal Sissi a dû prendre mercredi sa retraite de l'armée et a quitté ses fonctions de vice-premier ministre et ministre de la Défense des autorités intérimaires installées et dirigées de facto par l'armée.

La présidentielle, qui doit être suivie d'un scrutin parlementaire, doit doter le pays d'un pouvoir élu après dix mois de gouvernement intérimaire et clore la «transition démocratique» promise par l'armée le 3 juillet.

Depuis cette date toutefois, les partisans de M. Morsi dénoncent un «coup d'État militaire» et manifestent régulièrement en dépit d'une sanglante répression qui a fait, selon Amnesty International, au moins 1400 morts.

En outre, quelque 15 000 personnes ont été arrêtées, selon des responsables de la police, dont la quasi-totalité des dirigeants de la confrérie de M. Morsi, les Frères musulmans qui, à l'instar du président destitué, encourent la peine de mort dans divers procès.

Violences 

Implacable dans la répression des islamistes pro-Morsi, comme de toute opposition -notamment celle venue de la jeunesse en pointe de la révolte de 2011 puis du combat contre les procès militaires de civils -, M. Sissi s'est attiré une popularité inégalée dans le pays.

Il n'a pour le moment qu'un seul adversaire déclaré, le leader de gauche Hamdeen Sabbahi, mais il a très peu de chance d'engranger un nombre significatif de voix, selon les experts.

La plupart des ex-candidats ou figures politiques pressentis pour se présenter à la magistrature suprême ont déjà affirmé qu'ils ne concourraient pas face à l'ex-chef de l'armée.

Un second tour pourrait toutefois intervenir les 16 et 17 juin. Les électeurs du plus peuplé des pays arabes sauront au plus tard le 5 juin s'ils doivent se rendre de nouveau aux urnes, a annoncé dimanche la commission électorale. En cas de second tour, les résultats seront publiés le 26 juin au plus tard.

Le dépôt des candidatures sera ouvert jusqu'au 20 avril, tandis que la campagne se tiendra du 3 au 23 mai.

En annonçant qu'il se portait candidat à la présidence, M. Sissi a promis de «débarrasser l'Égypte du terrorisme», alors que les attaques contre les forces de l'ordre sont désormais quasi-quotidiennes, le gouvernement affirmant qu'elles ont fait près de 500 morts, en très grande majorité des soldats et des policiers.

Les autorités intérimaires font porter la responsabilité de ces attaques aux Frères musulmans - déclarés «terroristes» et interdits -, qui ont démenti toute implication mais déjà prévenu qu'il n'y aurait «ni sécurité ni stabilité sous une présidence Sissi».

Dimanche encore, un étudiant a été tué à l'université islamique d'Al-Azhar dans des heurts entre manifestants et forces de sécurité, a rapporté le quotidien Al-Ahram sur son site internet.

Vendredi, cinq personnes, dont une journaliste, avaient été tuées dans des affrontements entre manifestants islamistes et forces de police au Caire. Et dans la péninsule du Sinaï, un soldat a été abattu dimanche par des islamistes présumés, selon des sources policières.

C'est ce «chaos», qui règne depuis la révolte de 2011 selon une large partie de la population, sur lequel M. Sissi entend capitaliser.

Dans un pays auquel l'armée a fourni tous ses présidents - à l'exception de M. Morsi -, le militaire de 59 ans incarne l'homme fort à même de restaurer la stabilité, vitale pour faire revenir touristes et investisseurs et redresser l'économie égyptienne en ruines.

Mais pour des opposants, jusque dans les rangs de ceux qui ont manifesté quelques jours avant l'éviction de M. Morsi pour réclamer son départ, une présidence Sissi consacrerait le retour d'un pouvoir autoritaire en Égypte, où les droits de l'Homme sont déjà au plus bas, selon ONG et défenseurs des droits de l'Homme.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer