Frappe aérienne près de Damas: au moins 16 civils tués

Un homme porte deux enfants après une frappe... (PHOTO AMER ALMOHIBANY, AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Un homme porte deux enfants après une frappe aérienne menée sur un secteur tenu par les rebelles près de Damas, le 25 mars.

PHOTO AMER ALMOHIBANY, AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise dans le monde arabe

International

Crise dans le monde arabe

Consultez notre dossier complet sur les tumultes, conflits et guerres qui ont suivi le «Printemps arabe». »

Agence France-Presse
BEYROUTH

Au moins 16 civils ont été tués et des dizaines de personnes blessées samedi dans une frappe aérienne menée sur un secteur tenu par les rebelles près de Damas, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'ONG a dit ne pas être en mesure dans l'immédiat de dire qui était derrière cette attaque sur la ville de Hammouriyé, à l'est de la capitale syrienne, qui a été dans le passé la cible de l'aviation syrienne et des avions russes.

« Seize civils, dont un enfant, ont été tués et une cinquantaine de personnes ont été blessées par une frappe aérienne sur la rue principale de la ville de Hammouriyé », a indiqué le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.

Il n'a pas pu préciser si tous les blessés étaient des civils, mais a indiqué que le bilan des morts pourrait augmenter en raison de la gravité de l'état de certains d'entre eux.

Un photographe de l'AFP a vu des Casques Blancs, la défense civile en zone rebelle, retirer des survivants des décombres, dont un homme qui avait le visage maculé de sang.

Un autre sauveteur arrosait des gravats fumants, dont des voitures totalement broyées.

Ailleurs, un homme désespéré portait deux enfants, une fillette vêtue d'un pyjama, les cheveux pleins de poussière et du sang sur la main, et un petit enfant avec un bandage sur la tête.

La région de la Ghouta orientale, proche de Damas, est soumise à un siège du régime syrien depuis 2012. Elle est également ciblée par de nombreux bombardements aériens et des tirs d'artillerie.

Elle est le dernier bastion de l'opposition au président Bachar al-Assad près de Damas, même si au cours des derniers mois les rebelles ont signé des accords dits de « réconciliation » par lesquels ils ont évacué certaines des cilles qu'ils contrôlaient.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer