Syrie: combats près d'Alep, l'ONU appelle à un accès humanitaire

Des centaines de milliers de civils sont désormais... (PHOTO RODI SAID, REUTERS)

Agrandir

Des centaines de milliers de civils sont désormais pris au piège à Alep avec notamment d'importantes pénuries et une flambée des prix, poussant l'ONU à tirer la sonnette d'alarme.

PHOTO RODI SAID, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Maya GEBEILY
Agence France-Presse
BEYROUTH

L'ONU a appelé à un accès humanitaire immédiat aux quelque 1,5 million d'habitants à Alep près de laquelle des combats opposaient mardi régime aux rebelles, qui se préparent à une bataille cruciale pour le contrôle de cette deuxième ville de Syrie.

Dans les combats, le régime est soutenu par les avions de l'allié russe et des combattants iraniens, irakiens et du Hezbollah libanais, et les groupes rebelles par la puissante organisation djihadiste Fateh al-Cham (ex-Front al-Nosra qui a renoncé à son rattachement à Al-Qaïda).

Les deux camps ont reçu d'importants renforts en hommes et en armes à Alep et dans ses environs, après que les rebelles ont brisé samedi trois semaines de siège imposé par le régime aux quartiers sous leur contrôle dans la ville septentrionale divisée depuis 2012.

À la faveur de cette contre-offensive, les rebelles ont pu du même coup encercler partiellement les quartiers prorégime dans l'ouest d'Alep, avant d'annoncer leur intention de s'emparer de l'ensemble de la ville, enjeu majeur du conflit qui ravage le pays depuis plus de cinq ans.

Des centaines de milliers de civils sont désormais pris au piège à Alep avec notamment d'importantes pénuries et une flambée des prix, poussant l'ONU à tirer la sonnette d'alarme.

«L'ONU se tient prêt à aider la population civile d'Alep, une ville désormais unie dans sa souffrance», ont affirmé le coordinateur humanitaire de l'ONU pour la Syrie, Yacoub El Hillo, et le coordinateur régional Kevin Kennedy.

Les stocks de nourriture et de médicaments sont «à un niveau dangereusement bas», ont-ils prévenu, appelant à des «pauses humanitaires hebdomadaires de 48 heures» dans les combats.

«Situation catastrophique»

Aussi bien le régime que les rebelles parviennent encore à faire entrer de la nourriture et d'autres produits dans les secteurs sous leur contrôle mais ces voies d'acheminement ne sont pas assez sûres pour permettre aux civils de les emprunter.

«Toute la ville est sans eau courante depuis quatre jours. Les enfants et les familles à Alep sont confrontés à une situation catastrophique», s'est alarmé le Fonds de l'ONU pour l'enfance (Unicef).

«Ces coupures d'eau surviennent en pleine canicule, ce qui expose les enfants à des risques graves de maladies», a souligné Hanaa Singer, représentante d'Unicef en Syrie. «Le rétablissement de l'eau potable courante ne peut pas attendre la fin des combats».

«La vie des enfants est en danger grave», a-t-elle souligné.

D'après l'ONU, deux millions de personnes «vivent de facto dans la peur d'être assiégées», dont 275 000 dans l'est d'Alep.

Les experts estiment pour leur part à 1,2 million la population dans la partie gouvernementale et à quelque 250 000 celle du secteur rebelle.

Le régime avait coupé le 17 juillet la route du Castello au nord d'Alep, la dernière voie d'approvisionnement pour les insurgés.

Mais samedi dernier, les rebelles ont réussi à briser le siège en capturant le quartier vital de Ramoussa, au sud d'Alep, qui leur a permis de faire la jonction avec leur secteur dans l'est. C'est par ce secteur que transitait en outre l'approvisionnement aux zones prorégime.

«Mère de toutes les batailles» 

Mardi, les combats se déroulaient près de Ramoussa que les troupes du régime veulent à tout prix reprendre.

Mais «la grande bataille n'a pas encore commencé», a affirmé à l'AFP Yasser Abdelrahim, un commandant rebelle, précisant que les préparatifs étaient encore en cours. «Nous attendons plus de renforts et nous essayons d'identifier les points faibles de l'ennemi».

Une source militaire à Damas a affirmé à l'AFP que les forces du régime s'étaient rapprochées d'un complexe militaire près de Ramoussa aux mains des rebelles.

Hormis ces combats, les raids du régime se poursuivaient sur le secteur est d'Alep, où trois civils ont péri, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Ahmad, un habitant d'un quartier gouvernemental proche de Ramoussa, a affirmé à l'AFP que «de nombreuses troupes se massent à la lisière du secteur. La situation est effrayante».

«La bataille d'Alep est sans doute la plus symbolique et la plus stratégique des batailles en Syrie», écrit Charles Lister, du Middle East Institute.

«Bien qu'il soit très improbable que l'opposition s'empare de la totalité de la ville, le fait d'avoir brisé le siège a envoyé un important message sur le caractère infatigable de la rébellion», souligne-t-il dans une analyse postée sur internet sous le titre de «Alep, mère de toutes les batailles».

Le conflit en Syrie, déclenché en 2011 après la répression de manifestations pacifiques contre le régime, a fait plus de 290 000 morts, poussé à la fuite plus de la moitié de la population et provoqué une grave crise humanitaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer