Des centaines de Casques bleus quittent le Golan syrien

Un important convoi de l'ONU traversait à la... (PHOTO BAZ RATNER, REUTERS)

Agrandir

Un important convoi de l'ONU traversait à la mi-journée la zone de désengagement délimitée en 1974 entre Israël et la Syrie.

PHOTO BAZ RATNER, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Syrie
Syrie

Les manifestations pour un changement de régime en Syrie donnent lieu à de violentes répressions. Lisez notre dossier sur le sujet. »

Agence France-Presse
PLATEAU DU GOLAN

Des centaines de membres de la Force de l'ONU chargée de superviser le cessez-le-feu sur le Golan entre Israël et la Syrie (FNUOD) quittaient lundi la partie syrienne du plateau en direction de la zone occupée par Israël, a constaté un photographe de l'AFP.

Un important convoi de l'ONU traversait à la mi-journée la zone de désengagement délimitée en 1974 entre Israël et la Syrie. Il s'éloignait ainsi de la zone des combats qui opposent les soldats de l'armée régulière syrienne et les rebelles, dont ceux du front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda.

Les rebelles sont en passe de prendre le contrôle de la province de Qouneitra, la partie du Golan non occupée par Israël, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

La raison du départ du convoi n'a pour le moment pas été communiquée par les Nations unies. Mais des dizaines de membres de la FNUOD ont récemment été capturés ou attaqués du côté syrien du plateau.

La FNUOD compte 1223 hommes issus de six pays (Inde, Fidji, Philippines, Irlande, Pays-Bas et Népal). Son mandat vient d'être renouvelé pour six mois, jusqu'au 31 décembre 2014.

Israël est officiellement en état de guerre avec la Syrie et occupe depuis 1967 environ 1200 kilomètres carrés du plateau du Golan qu'il a annexés, même si cette décision n'a jamais été reconnue par la communauté internationale.



Environ 510 km2 du plateau restent sous contrôle syrien. La FNUOD est censée contrôler une zone tampon courant sur environ 70 kilomètres entre le mont Hermon et le Liban au nord et la rivière Yarmouk et la Jordanie au sud.

Pour sa part, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a affirmé dans un communiqué avoir fourni, en collaboration avec le Croissant-Rouge syrien, une aide d'urgence à 50 000 personnes ayant fui les combats sur le Golan syrien vers la banlieue de Damas.

L'eau potable, la nourriture et les services sanitaires se font rares à cause des combats. Ces derniers jours, plus de 25 000 habitants de Qouneitra sont arrivés près de Qatana, dans la banlieue sud-ouest de Damas, selon le CICR, et le nombre de déplacés risque de s'accroître avec la poursuite des combats.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer