La presse française analyse le drame

La presse française tentait d'analyser les événements des... (Photo AFP)

Agrandir

La presse française tentait d'analyser les événements des derniers jours, samedi. Sur notre photo, la conférence de presse de membres survivants de Charlie Hebdo, acceuillie au sein du quotidien Libération.

Photo AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentats à Paris

International

Attentats à Paris

Le siège parisien du journal satirique français «Charlie Hebdo» a été la cible d'un attentat terroriste sanglant ayant coûté la vie à au moins 12 personnes dont son directeur de rédaction et dessinateur emblématique Charb et ses trois autres caricaturistes vedettes: Cabu, Wolinski et Tignous. Le pire attentat en sol français depuis 50 ans. Cet attentat a été suivi par deux attaques qui seraient vraisemblablement liées au carnage chez «Charlie Hebdo». »

Sur le même thème

Agence France-Presse
PARIS

La presse s'attarde samedi sur le dénouement tragique des événements qui ont frappé depuis trois jours la France, oeuvre de terroristes «fanatisés».

«Ils nous avaient déclaré la guerre. Ils ont perdu la bataille. Mais ne baissons pas la garde», lance Thierry Borsa dans Le Parisien/Aujourd'hui en France, estimant qu'«une société qui donne trop souvent l'impression de ne plus croire en elle-même peur devenir une cible facile pour les extrémistes».

«Ce dénouement ne marque pas (...) la fin de la guerre engagée contre notre pays par des fanatiques», prévient pour sa part Yves Thréard dans Le Figaro.

Selon l'éditorialiste du quotidien conservateur, «des islamistes veulent aujourd'hui assassiner notre pays au cri d'"Allah akbar"», avant d'ajouter qu'«il est urgent d'ouvrir les yeux pour ne rien leur céder, briser leur sombre dessein et rester debout».

Laurent Joffrin dans Libération dresse cet amer constat : «Les tueurs sont des gamins de France». «Ils ont été entraînés, endoctrinés, robotisés par des militants liés aux théâtres d'opération irakien ou syrien. Mais ils sont nés ici, ils ont grandi ici, ils ont été fanatisés ici», ajoute-t-il.

Même constat pour Raymond Couraud dans L'Alsace pour qui «il n'est plus temps de dire que ces gens sont des "gamins paumés", des incompris ou de pauvres êtres stigmatisés.» «Ce sont des soldats de l'islamisme», affirme sans ambages l'éditorialiste alsacien.

«Ces actes barbares sont le fait d'un ennemi intérieur, indétectable», assure de son côté, Pascal Coquis des Dernières Nouvelles d'Alsace, semblables, d'après lui, à «un cancer qui, lentement, sème ses métastases et détruit les tissus».

«C'est bien ce fascisme noir, noir comme le drapeau de l'État islamique, et non quelque résurgence d'un autre temps qui nous menace aujourd'hui», estime Bruno Dive dans Sud-Ouest, tandis que dans La Presse de la Manche, Jean Levallois tient à le répéter : «Nous sommes en guerre».

«Ce sont les donneurs d'ordre, ceux qui manipulent des jeunes sans racines, sans horizon, pour aller tuer et se faire tuer, qu'il faut frapper», conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer