Devant le Bataclan, tristesse, désolation et espoir

Des gens se recueillent près du Bataclan à... (PHOTO MIGUEL MEDINA, AFP)

Agrandir

Des gens se recueillent près du Bataclan à la suite des attaques à Paris.

PHOTO MIGUEL MEDINA, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attaques à Paris
Attaques à Paris

Notre dossier spécial sur les attentats qui ont fait au moins 129 morts à Paris, le 13 novembre 2015. »

Diane FALCONER
Agence France-Presse
Paris

Une rose à la main, les Parisiens continuaient dimanche d'affluer vers le Bataclan pour rendre hommage aux victimes des attentats de vendredi à Paris. En famille, à vélo, en prenant des selfies ou en allumant une bougie, ils ressentaient le besoin de « toucher du doigt » ce qui s'est passé.

« Je vais rester un moment. Il fallait être sur les lieux », confie Hervé, 38 ans, à l'AFP, aux côtés de son fils de six ans.

« Il faut sortir, il ne faut pas rester chez soi. Il faut aller regarder, toucher du doigt ce qui s'est passé », ajoute-t-il, animé par « un mélange de tristesse et de désolation ».

Derrière des barrières, il est venu se recueillir, comme de nombreux Parisiens et quelques touristes en ce dimanche ensoleillé, près de la salle de concert où au moins 89 personnes ont perdu la vie vendredi soir. À quelques mètres, des militaires patrouillent.

« C'est affreux. Comment la nature peut engendrer des êtres comme ça? », se demande-t-il, lui qui vit dans le quartier et passe tous les jours en voiture devant l'établissement. « Ça aurait pu être moi », dit-il, le regard dans le vide.

Lucas, chauffeur de taxi de 28 ans, partage le même sentiment. « Je sors assez souvent, alors je me dis que j'aurais pu y être aussi malheureusement ».

Après avoir déposé un bouquet de roses, il explique ressentir beaucoup de « tristesse » et aussi « un sentiment d'insécurité ». « On a un peu peur, on se demande ce que va être l'avenir ».

« Vous ne tuerez pas notre liberté »

Deux jours après le drame, la devanture du Bataclan affichait toujours le nom du groupe qui se produisait sur scène lors de l'attaque - Eagles of Death Metal - et l'entrée était toujours cachée par une grande bâche blanche aux caméras des camions-régie des télévisions venues du monde entier.

Par terre, des bouquets de fleurs et des messages de solidarité dans toutes les langues : « Vous ne tuerez pas notre liberté », « la vie est précieuse, la mort précoce douloureuse », « Force à la France, nous n'avons pas peur ».

Michel Atangana-Sola, 69 ans, a interrompu sa balade dominicale à vélo pour venir se recueillir quelques instants. « Le 11 janvier [après les attentats contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher, NDLR], j'étais allé manifester. C'était très émouvant. Je me suis dit "Plus jamais ça!" Je ne croyais pas revivre un tel événement à Paris », déclare-t-il. « Mais là, ce qui s'est passé, c'est au-dessus de ma pensée. Je suis très touché ».

« La manifestation a servi à quoi? À presque rien. Ça va toujours recommencer », pense-t-il. « Pour l'instant, j'ai l'impression qu'il n'y a pas de solution ».

Mais s'il avoue ses craintes, il lance aussi un message d'espoir. « Il ne faut pas se laisser abattre. Le plus important, c'est l'esprit d'amour, c'est aimer son prochain », conclut-il.

Des coups de feu audibles sur vidéo

Dans une vidéo publiée sur YouTube par plusieurs médias français et qui aurait été tournée vendredi soir, des coups de feu sont audibles alors que le groupe Eagles of Death Metal est en train de jouer.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer