Migrants : de plus en plus d'enfants arrivent par la mer

«Les enfants constituent aujourd'hui 36 % de ceux qui... (PHOTO SANTI PALACIOS, AP)

Agrandir

«Les enfants constituent aujourd'hui 36 % de ceux qui tentent la traversée dangereuse entre la Turquie et la Grèce», a indiqué l'UNICEF.

PHOTO SANTI PALACIOS, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis 2015 des centaines de milliers de personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» de l'EI à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
GENÈVE

Les enfants constituent aujourd'hui plus d'un tiers des migrants passant par la mer de Turquie en Grèce, une proportion en forte hausse, s'est alarmé l'UNICEF mardi.

«Les enfants constituent aujourd'hui 36 % de ceux qui tentent la traversée dangereuse entre la Turquie et la Grèce», a indiqué le Fonds des Nations unies pour l'enfance dans un communiqué.

«Ce chiffre pourrait cependant être plus important, car de nombreux mineurs omettent de donner leur âge avant d'être arrivés à destination», a ajouté le fonds.

Au passage de la frontière entre la Grèce et Gevgelilja, en Macédoine, «les enfants et les femmes constituent désormais environ 60 %» du total, dépassant pour la première fois la proportion d'hommes, a indiqué à la presse Sarah Crowe, la porte-parole de l'UNICEF

En juin dernier, 73 % des migrants étaient des hommes à ce passage, et seulement 10 % avaient moins de 18 ans.

Les représentants de l'UNICEF soulignent que les enfants sont plus vulnérables dans les conditions difficiles du passage maritime.

«Les conséquences de cette poussée dans la proportion d'enfants et de femmes dans le flux sont énormes : cela signifie qu'ils sont davantage en danger en mer, en particulier actuellement, en hiver, et qu'il faut plus de prise en charge à terre», a déclaré Marie Pierre Poirier, la Coordinatrice spéciale de l'UNICEF pour la crise des migrants et des réfugiés en Europe citée dans le communiqué.

En conséquence de cette évolution, «la prise en charge et les systèmes de santé doivent être renforcés à chaque étape du voyage», a-t-elle ajouté.

Selon les chiffres de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), 60 des 272 migrants qui ont péri en mer entre la Turquie et la Grèce en janvier étaient des enfants.

Les corps de neuf migrants, dont deux bébés, ont encore été retrouvés mardi par les gardes-côtes turcs après que leur embarcation a fait naufrage.

Un grand nombre de mineurs sont par ailleurs arrivés en Europe non accompagnés.

L'agence de coordination policière européenne Europol a estimé dimanche que plus de 10 000 enfants migrants non accompagnés avaient disparu en Europe sur les 18 à 24 derniers mois, suscitant la crainte que nombre d'entre eux soient exploités, notamment sexuellement, par le crime organisé.

Selon l'UNICEF, 35 000 mineurs non accompagnés ont cherché l'asile en Suède, et l'Allemagne en a accueilli plus de 60 000.

Environ 62 200 migrants et réfugiés, pour la plupart en provenance de Syrie, d'Afghanistan et d'Irak, sont entrés en Europe par la Grèce en janvier, selon l'OIM. Environ 20 000 d'entre eux étaient des mineurs non accompagnés, selon la même source.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer