Aide aux réfugiés syriens: les dons records demeurent insuffisants

Le camp de réfugiés de Zaatari, en Jordanie,... (Photo KHALIL MAZRAAWI, AFP)

Agrandir

Le camp de réfugiés de Zaatari, en Jordanie, est géré par l'ONU. Les programmes d'aide aux réfugiés en Jordanie, au Liban, en Turquie, en Irak et en Égypte n'ont été financés qu'à 41% en septembre.

Photo KHALIL MAZRAAWI, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis le début de l'année plus de 350 000 personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» du groupe armé État islamique à cheval sur l'Irak et la Syrie. Mais cette crise n'est pas exclusive à l'Europe, l'Asie du Sud-Est aux prises avec un trafic de migrants aussi tentaculaire que meurtrier connaît également cette triste réalité. »

Karin Laub
Associated Press
ZAATARI, Jordanie

Le secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires des Nations Unies Stephen O'Brien a annoncé que la communauté internationale avait versé des « montants records » pour remédier à la crise en Syrie, mais c'est encore trop peu pour répondre aux besoins des différentes régions.

Un nombre croissant de réfugiés syriens se dirige maintenant vers l'Europe, en partie parce que les agences d'aide manquent de fonds pour aider les pays comme la Jordanie qui abritent des camps de réfugiés.

M. O'Brien, qui était de passage dans le camp de réfugiés jordanien de Zaatari, a défendu la réaction de la communauté internationale lorsqu'il a été questionné sur le manque de ressources et l'afflux important de migrants vers l'Europe de l'Ouest.

« Les besoins ont tellement augmenté que même si nous avons reçu des montants records en dons et que nous bénéficions d'un soutien et d'une volonté politique sans précédent, l'écart s'est creusé », a-t-il soutenu, ajoutant que cela s'expliquait par les nombreux conflits dans la région, dont le Yémen et le Soudan du Sud.

Il n'a pas précisé l'ampleur de l'augmentation de l'aide internationale.

Le conflit en Syrie a éclaté en 2011 alors que le soulèvement contre le président Bachar al-Assad s'est transformé brutalement en guerre civile. Depuis ce temps, quelque 4 millions de personnes ont fui le pays, la plupart dans les pays voisins. Des millions d'autres se sont déplacés dans le pays.

Les autorités onusiennes estiment que l'argent reçu jusqu'à maintenant, soit 2,8 milliards US, représente environ 38% des 7,4 milliards réclamés pour l'année 2015.

Les programmes d'aide aux réfugiés en Jordanie, au Liban, en Turquie, en Irak et en Égypte n'ont été financés qu'à 41% en septembre.

Les organismes ont ainsi dû couper dans leur aide alimentaire auprès des réfugiés. En Jordanie, le tiers des 630 000 réfugiés s'est vu privé de son aide alimentaire en septembre.

Les migrants se dirigent donc vers l'Europe, ou bien ils retournent en Syrie. On estime qu'environ 150 à 200 réfugiés syriens quittent chaque jour la Jordanie pour aller en Syrie.

La population du camp de réfugiés de Zaatari a chuté de 2000 personnes depuis le début du mois d'août et abrite désormais 79 000 réfugiés, selon son directeur, Hovig Etyemezian.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer