Plus de 4500 migrants secourus au large de la Libye

Des travailleurs de la Croix-Rouge libyenne soignent un... (Photo Ismail Zitouny, Reuters)

Agrandir

Des travailleurs de la Croix-Rouge libyenne soignent un migrant secouru en mer.

Photo Ismail Zitouny, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis le début de l'année plus de 350 000 personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» du groupe armé État islamique à cheval sur l'Irak et la Syrie. Mais cette crise n'est pas exclusive à l'Europe, l'Asie du Sud-Est aux prises avec un trafic de migrants aussi tentaculaire que meurtrier connaît également cette triste réalité. »

Agence France-Presse

Plus de 4500 migrants tentant la traversée vers l'Europe depuis les côtes libyennes ont été secourus samedi au cours de 21 opérations de sauvetage, ont annoncé les garde-côtes italiens.

Le bateau de Médecins sans frontières (MSF) a secouru plus de 800 personnes qui devaient être acheminées en Italie ainsi que les autres migrants recueillis lors des opérations de sauvetage.

«Nous avons commencé avant la première lueur de l'aube ce matin avec notre premier secours. Nous avons secouru deux embarcations en bois et deux canots pneumatiques», a déclaré Simon Burroughs, coordinateur des missions de secours de MSF.

Selon M. Burroughs, parmi les rescapés figurent des Erithréens, des Nigérians, des Somaliens, des Libyens, des Syriens et des Africains originaires de l'est du continent africain.

Au cours des 21 opérations qui se sont déroulées à quelque 30 et 40 milles nautiques de la côte libyenne, les équipes de secours ont récupéré les passagers de neuf bateaux et 12 canots. Le corps d'une femme a également été retrouvé.

Les opérations ont notamment été menées par un navire des forces navales italiennes, le bateau Bourbon Argos de MSF, un navire croate menant sa mission dans le cadre de l'agence européenne Frontex, un navire britannique et un autre allemand opérant dans le cadre de la mission Eunavfor et les gardes-côtes italiens.

Le navire de garde-côtes Dattilo a récupéré 1137 personnes de deux bateaux, tandis que le Corsi secourait 137 personnes d'un canot pneumatique en train de se dégonfler, dans lequel a été retrouvé le corps d'une femme, et 231 personnes ont été sauvées alors que leurs deux canots pneumatiques étaient en difficulté, ont indiqué les gardes-côtes.

MSF basé à Beyrouth avait auparavant envoyé à l'AFP des vidéos montrant des centaines de personnes habillées de couleurs vives à bord du bateau de l'association, certains s'embrassant, d'autres applaudissant.

«Il y a de nombreuses nationalités (...) Heureusement, tout le monde est en bonne santé», a indiqué sur la vidéo le porte-parole de MSF, Sami al-Soubaihi, qui se trouvait sur le bateau, ajoutant qu'une autre opération était en cours.

Le bateau de MSF comprend 26 personnes, dont des spécialistes dans le secteur de la santé.

«Une fois secourus, les réfugiés sont soignés par MSF sur le bateau en cas de déshydratation ou d'autres problèmes», a indiqué M. Saadi à l'AFP.

«Ensuite, nous les conduisons dans nos centres, soit en Italie soit en Grèce», a-t-il ajouté.

Une centaine de migrants, d'origine africaine, avaient déjà été secourus vendredi au large de la Libye.

Mais sept cadavres, dont celui d'un enfant faisant partie du même groupe, avaient également été repêchés, selon les garde-côtes libyens.

La Libye, avec ses 1770 km de côtes, est devenue une plaque tournante de l'immigration clandestine vers l'Europe. Les passeurs profitent du chaos régnant dans le pays miné par les violences et divisé entre deux gouvernements rivaux, avec notamment l'absence de contrôle aux frontières.

L'île italienne de Lampedusa n'est située qu'à quelque 300 km des côtes de la Libye.

Plus de 430 000 migrants et réfugiés ont traversé la Méditerranée depuis janvier, et près de 2750 y ont laissé la vie ou sont portés disparus, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Des dizaines de migrants avaient péri fin août au large de la ville libyenne de Zouara, à environ 160 km à l'ouest de Tripoli, dans le naufrage de leur embarcation.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer