Birmanie: heurts entre miliciens antidrogue et cultivateurs de pavot

Pat Jasan est une organisation extrémiste chrétienne antidrogue... (PHOTO HKUN LAT, ARCHIVES AP)

Agrandir

Pat Jasan est une organisation extrémiste chrétienne antidrogue dont les membres portent souvent des uniformes de style militaire et sont connus pour fouetter les toxicomanes.

PHOTO HKUN LAT, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
RANGOUN

Plusieurs membres de milices antidrogue, qui ont entrepris de détruire des dizaines de champs de pavots dans le nord de la Birmanie, ont été blessés jeudi, après avoir été la cible d'explosions et de tirs, a indiqué un leader du groupe.

D'après Tan Goon, chef de Pat Jasan, une organisation extrémiste chrétienne antidrogue dont les membres portent souvent des uniformes de style militaire et sont connus pour fouetter les toxicomanes, une vingtaine de ses membres ont été pris en embuscade par des inconnus.

«Certains ont été la cible de tirs, d'autres ont été blessés par des mines et par l'explosion de bombes, certains ont été battus et visés par des jets de pierres», a-t-il expliqué à l'AFP.

Les membres de Pat Jasan ont passé plusieurs jours aux abords de la ville de Waingmaw, en État Kachin, empêchés d'avancer par les forces de l'ordre avant de finalement obtenir l'autorisation de poursuivre.

«Notre intention est de détruire les champs de pavot. Nous n'avons pas renoncé», a ajouté Tan Goon.

La culture du pavot en Birmanie a doublé depuis 2006 et les régions frontalières sont connues pour la production de drogue, les mouvements ethniques rebelles comme les militaires et leurs milices alliées étant impliqués dans un juteux trafic.

Le pays est le deuxième producteur mondial d'opium, après l'Afghanistan. Et dans les régions du nord du pays, dont l'État Kachin, de nombreux habitants sont accros, un phénomène que Pat Jasan, créé il y a deux ans par la puissante Église baptiste de Kachin, s'est juré d'éradiquer, même par la force.

Le groupe Pat Jasan (dont le nom signifie «prévention et élimination» en langue kachin) compte désormais environ 100 000 membres et sa croissance exponentielle a déjà créé des tensions avec les communautés d'agriculteurs pauvres qui dans ces zones montagneuses et éloignées ont peu d'autres ressources viables que la culture de l'opium.

Cette semaine, la chambre basse du Parlement a approuvé une motion d'urgence demandant au gouvernement de soutenir les groupes locaux engagés dans la lutte contre les cultures de pavot.

Jeudi, sur sa page Facebook, le chef de l'armée a annoncé que l'armée avait fait des dons de riz, d'huile, de sel et de haricots à titre de compensation pour les ménages qui ont perdu leur culture.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer