Népal: plusieurs millions d'enfants en danger

Plus de 200 000 familles vivent toujours dans des... (PHOTO PRAKASH MATHEMA, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Plus de 200 000 familles vivent toujours dans des abris temporaires à une altitude de plus de 1500 mètres.

PHOTO PRAKASH MATHEMA, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
KATMANDOU

Plusieurs millions d'enfants au Népal, touché cette année par un séisme meurtrier, risquent la mort ou la maladie cet hiver en raison d'une pénurie de vivres et de vaccins due au blocage de la frontière, a averti lundi l'UNICEF.

Ce pays enclavé de l'Himalaya fait face à une sévère pénurie de produits de première nécessité, des manifestants bloquant depuis le 24 septembre un point de passage névralgique à la frontière avec l'Inde pour protester contre la nouvelle Constitution.

La fermeture de ce poste frontalier a provoqué une importante pénurie de carburants et de médicaments, et les organisations humanitaires peinent à acheminer des aides aux victimes du séisme toujours sans abri, sept mois après le tremblement de terre d'avril qui a fait près de 9000 morts.

«Plus de trois millions d'enfants âgés de moins de cinq ans au Népal risquent la mort ou la maladie pendant les mois les plus rigoureux de l'hiver, en raison d'une pénurie sévère de carburants, de vivres, de médicaments et de vaccins», a affirmé le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) dans un communiqué.

Plus de 200 000 familles vivent toujours dans des abris temporaires à une altitude de plus de 1500 mètres, a rappelé l'organisation.

«Les risques d'hypothermie et de malnutrition et l'insuffisance de médicaments et de vaccins, pourraient constituer une combinaison mortelle pour les enfants cet hiver», a averti Anthony Lake, directeur exécutif de l'UNICEF.

Selon l'agence, quelque 125 000 nouveau-nés pourraient être en danger au cours des deux prochains mois à cause des pénuries qui affectent la distribution de produits médicaux, en raison de services d'ambulances limités.

«La situation critique de ces enfants et de leurs familles se détériore de jour en jour, et va encore s'aggraver au cours des mois d'hiver», a mis en garde Karin Hulshof, directrice régionale de l'UNICEF pour l'Asie du Sud.

«L'UNICEF exhorte toutes les parties à s'occuper du problème» des pénuries, a-t-elle ajouté. «Il n'y a pas de temps à perdre».

Un grand nombre de camions sont bloqués au passage frontalier de Birgunj dans le sud du Népal, où des manifestants de la minorité ethnique des Madhesis bloquent un pont depuis plus de deux moins.

Les autorités de Katmandou ont accusé New Delhi de soutenir les protestataires et d'imposer «un blocus officieux» pour exprimer son mécontentement envers la nouvelle Constitution.

L'Inde a démenti ces accusations et a exhorté à la reprise du dialogue avec les manifestants madhesis, qui ont des liens culturels, linguistiques et familiaux étroits avec les Indiens vivant de l'autre côté de la frontière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer