Coronavirus Mers en Corée du Sud: le bilan continue à s'alourdir

Il n'existe aucun vaccin ou traitement pour ce... (Photo Ahn Young-joon, AP)

Agrandir

Il n'existe aucun vaccin ou traitement pour ce virus, qui présente un taux de mortalité d'environ 35%, selon l'OMS.

Photo Ahn Young-joon, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
SÉOUL

Un quinzième décès dû au coronavirus Mers et sept nouveaux cas de contamination ont été annoncés dimanche en Corée du Sud, dont l'un des grands hôpitaux a provisoirement suspendu ses activités pour contenir l'épidémie.

Avec 145 personnes infectées, dont 15 sont décédées, la Corée du Sud est le pays dans le monde le plus touché par l'épidémie de coronavirus Mers (syndrome respiratoire du Moyen-Orient) en dehors de l'Arabie saoudite, pays d'où revenait le premier Sud-Coréen diagnostiqué le 20 mai.

Un homme de 62 ans est mort dimanche après-midi à Busan, grand port du sud et deuxième ville du pays. Il avait été diagnostiqué le 7 juin après avoir été contaminé à l'hôpital Samsung de Séoul, un des plus grands hôpitaux de la capitale.

Plus de 70 personnes ont été infectées dans cet établissement, dont quatre des sept nouveaux cas, selon le ministère de la Santé.

Deux ambulanciers qui y avaient transféré une femme contaminée le 7 juin dernier - et décédée trois jours plus tard - sont tombés malades à leur tour.

Un Sud-Coréen a par ailleurs été hospitalisé d'urgence samedi à Bratislava, en Slovaquie, sur le soupçon de contamination par le coronavirus Mers, a-t-on appris auprès de l'hôpital universitaire de la capitale slovaque.

«C'est un ressortissant de la Corée du Sud âgé de 38 ans. Il souffre de diarrhée, de fièvre et de lésions de la peau», a déclaré à l'AFP la porte-parole de l'établissement Petra Stano Matasovska, précisant que les résultats d'une analyse du sang du malade pourraient être connus dimanche dans la soirée.

Selon les médias slovaques, l'homme est employé d'un sous-traitant de l'usine automobile sud-coréenne KIA basée à Zilina, dans le nord du pays. Il est arrivé de son pays le 3 juin, toujours selon la presse de Bratislava.

Mesures préventives en Corée du Nord

En Corée du Sud, le ministère de la Santé a indiqué que jusqu'à présent 10 malades avaient pu être soignés et avaient pu quitter l'hôpital.

Afin de prévenir de nouvelles contaminations, l'hôpital Samsung a annoncé dimanche la fermeture de la quasi-totalité de ses services.

Aucun nouveau patient ne sera admis et les interventions chirurgicales non urgentes sont suspendues jusqu'à nouvel ordre, a expliqué le directeur de l'établissement, Song Jae-Hoon.

«Nous présentons nos profonds regrets à tous nos patients infectés et ceux placés en quarantaine», a-t-il dit.

Deux médecins et trois infirmières de l'hôpital, qui accueille en moyenne 8000 patients par jour, ont été contaminés.

Ce sont au total près de 5000 personnes qui ont été directement ou indirectement exposées à des patients infectés et placés à des degrés divers en quarantaine, en centre médical ou chez eux.

La Corée du Nord a de son côté annoncé des mesures «draconiennes» pour tenir l'épidémie à distance à tous les points d'entrée du territoire.

«Les responsables des services de santé au niveau central et régional effectuent des préparatifs minutieux et draconiens pour empêcher l'introduction du virus Mers dans le pays», a assuré dimanche le Chosun Sinbo, un journal pro-Pyongyang basé au Japon.

Il n'existe aucun vaccin ou traitement pour ce virus, qui présente un taux de mortalité d'environ 35%, selon l'OMS.

En Arabie saoudite, plus de 950 personnes ont été contaminées depuis 2012 et 412 sont décédées.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer