La Thaïlande pourrait avoir détecté le vol MH370 avant sa disparition

Des étudiants passent côté d'une fresque réalisée sur... (PHOTO TED ALJIBE, AFP)

Agrandir

Des étudiants passent côté d'une fresque réalisée sur le sol de leur cour d'école en l'honneur des 239 passagers du Boeing 777 disparu, à Manille, le 18 mars.

PHOTO TED ALJIBE, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Vol MH370

International

Vol MH370

Disparu des radars dans la nuit du 7 au 8 mars avec 239 personnes à bord, le vol MH370 de Malaysia Airlines parti de Kuala Lumpur pour Pékin ne s'est jamais rendu dans la capitale chinoise. Ayant changé son plan de vol et mis le cap vers l'ouest, le Boeing 777, dont on n'a toujours aucune trace, se serait abîmé dans l'océan Indien, selon les autorités malaisiennes. »

Thanyarat Doksone
Associated Press
Bangkok

Un radar de l'armée thaïlandaise aurait détecté un avion qui pourrait être le vol MH370 du transporteur aérien Malaysia Airlines, quelques minutes seulement après que les systèmes de communication de l'appareil disparu aient été éteints.

La Thaïlande dit ne pas avoir partagé cette information plus tôt parce qu'elle ne lui avait pas été demandée spécifiquement.

Un porte-parole de l'armée de l'air thaïlandaise, Montol Suchookorn, a expliqué mardi que l'avion a suivi un trajet erratique jusqu'au détroit de Malacca, où un radar malaisien a aussi repéré l'appareil le 8 mars. M. Montol a prévenu que l'armée thaïlandaise n'est pas convaincue qu'il s'agit du même appareil.

Les données dévoilées tardivement par la Thaïlande n'ajoutent possiblement pas grand-chose à ce qu'on savait déjà, mais elles soulèvent des questions quant à la transparence dont font preuve certains pays quand vient le temps de partager des informations plus délicates, même au nom d'un mystère aussi brûlant.

Quand on lui a demandé pourquoi la Thaïlande a attendu une semaine avant de dévoiler ces données, M. Montol a répondu: «Parce que nous ne nous y sommes pas intéressés. L'armée de l'air thaïlandaise examine seulement les menaces contre notre pays, donc tout ce qui ne nous semble pas être une menace, nous observons sans intervenir.»

Il a déclaré que l'avion n'a jamais pénétré dans l'espace aérien thaïlandais et que la demande malaisienne formulée au début de l'enquête était vague.

«Quand ils ont demandé de nouveau et qu'il y avait de nouvelles informations et de nouvelles suppositions de la part du premier ministre (malaisien) Najib Razak, nous avons examiné nos données de nouveau, a dit M. Montol. Il a fallu l'intervention d'experts pour comprendre.»

Le vol MH370 avait décollé de Kuala Lumpur à 0 h 40, heure de la Malaisie, et son transpondeur a cessé de fonctionner à 1 h 20. M. Montol indique qu'un radar militaire thaïlandais a détecté, à 1 h 28, «le signal, qui n'était pas un signal normal, d'un avion qui volait en direction opposée de l'avion MH370», vers Kuala Lumpur. L'avion a ensuite viré vers la droite, vers une ville malaisienne le long du détroit de Malacca. Le signal radar était «infréquent» et ne comportait pas de données comme le numéro du vol.

Il a dit ne pas savoir quand, exactement, les radars thaïlandais ont repéré l'avion pour la dernière fois.

Par ailleurs, les autorités chinoises ont indiqué que leur enquête démontre que les 154 passagers chinois à bord du vol manquant n'entretenaient pas de liens avec le terrorisme. Certaines rumeurs faisaient état d'une implication possible de séparatistes ouïghours provenant de la province du Xinjiang, dans l'ouest reculé de la Chine.

L'ambassadeur chinois en Malaisie, Huang Huikang, a déclaré qu'une vérification des antécédents des passagers chinois ne permet pas de croire qu'ils aient pu pirater ou commettre une attaque terroriste, selon l'agence Chine nouvelle.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer