Mexique: la fillette prisonnière des décombres n'aurait jamais existé

La frustration était grandissante jeudi, alors que les... (PHOTO AP)

Agrandir

La frustration était grandissante jeudi, alors que les efforts de sauvetage s'étiraient sur une troisième journée.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maria Verza, Christine Armario, Christopher Sherman
Associated Press
Mexico

Les autorités mexicaines ont démenti l'existence d'une fillette vivante sous les décombres d'une école de la capitale, pourtant devenue l'emblème des efforts de sauvetage dans la foulée du séisme de magnitude 7,1 survenu plus tôt cette semaine.

L'officier de marine Angel Enrique Sarmiento a expliqué que si des traces de sang et d'autres indices portent à croire qu'un survivant est toujours prisonnier du bâtiment affaissé, aucun enfant ne manque à l'appel.

L'attention du monde entier était rivée sur le cas de la fillette du nom de Frida Sofia, présenté comme un symbole d'espoir pour les secouristes.

Plusieurs d'entre eux avaient rapporté sa présence à l'école Enrique Rebsamen, ajoutant même que la petite Frida Sofia leur avait signalé que cinq autres enfants se trouvaient avec elle sous les décombres, toujours en vie. Or, aucun proche ne s'était manifesté et certains responsables ont commencé à souligner le caractère nébuleux de la situation.

Le bilan de la catastrophe s'établit pour le moment à au moins 273 morts et plus de 2000 blessés; au moins 26 personnes auraient perdu la vie dans l'effondrement de cette école seulement.

Le président mexicain, Enrique Peña Nieto, a décrété trois jours de deuil national, tandis que policiers, pompiers et civils de tous horizons ont prêté main-forte pour fouiller les débris.

Deux femmes et un homme ont été tirés vivants des ruines d'un immeuble d'habitation tard mercredi soir, soit près de 36 heures après la secousse de mardi.

La frustration était toutefois grandissante jeudi, alors que les efforts de sauvetage s'étiraient sur une troisième journée. Les travaux des secouristes ont été ralentis par la pluie diluvienne qui est tombée dans la nuit précédente.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer