Équateur: un million et demi de fidèles pour le pape

Un million et demi de personnes sont attendues... (PHOTO JOSE MIGUEL GOMEZ, REUTERS)

Agrandir

Un million et demi de personnes sont attendues lundi pour assister à la messe en plein air du pape François à Guayaquil, en Équateur.

PHOTO JOSE MIGUEL GOMEZ, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paola LÓPEZ
Agence France-Presse
GUAYAQUIL, Équateur

Un million et demi de personnes sont attendues lundi pour assister à la messe en plein air du pape François à Guayaquil, en Équateur, première étape d'un voyage de huit jours qui le mènera aussi en Bolivie et au Paraguay.

À son arrivée dimanche dans cette Amérique du Sud qui l'a vu naître, le pape argentin a d'emblée placé son périple sous le signe de lutte contre la pauvreté, le grand mal de la région, qui compte la majorité des 1,2 milliard de catholiques de la planète.

«Une attention spéciale (doit être) accordée à nos frères les plus fragiles et aux minorités les plus vulnérables, envers lesquels l'Amérique latine a une dette», a-t-il déclaré après sa descente de l'avion à Quito, la capitale équatorienne.

Tôt lundi matin, le souverain pontife de 78 ans, premier pape jésuite et latino-américain de l'Histoire, devait gagner Guayaquil, dans le sud-ouest du pays, pour célébrer une messe en plein air dans le parc Los Samanes à partir de 10 h 45 (11 h 45, heure de Montréal).

Équatoriens, Péruviens et Colombiens seront les plus représentés parmi les 1,5 million de personnes prévues, également mardi pour la deuxième messe en plein air du pape, cette fois dans le parc Bicentenario de Quito.

Pour les fidèles, le voyage a souvent été long. Malgré ses 82 ans, Rosa Elena Lata n'a néanmoins pas hésité à traverser l'Équateur depuis le sud du pays, un voyage de 16 heures pour réaliser son rêve : «le miracle céleste» d'apercevoir le pape François.

«Vraiment, il ressemble à Jésus. Je veux le voir, car en le voyant, je vais voir Jésus», a-t-elle raconté à l'AFP dimanche soir alors qu'elle s'apprêtait à passer la nuit dans le climat tropical, chaud et humide, de Guayaquil, principal port du pays.

Souffrant des températures élevées, des dizaines de milliers de personnes se sont installées sur place ces derniers jours, dormant sous des tentes, dans des sacs de couchage ou à même le sol, sur de simples cartons.

Une vieille connaissance

Les commerçants, aussi, ont pris place. Wilington Hincapié, un Colombien de 35 ans, a voyagé 40 heures pour venir jusqu'à Guayaquil : pendant la messe, il vendra des rosaires et des médailles à l'image du pape. «J'aimerais faire de bonnes ventes pour aller aussi au parc Bicentenario» de Quito grâce à l'argent récolté, explique-t-il à l'AFP.

Le pape, qui s'était déjà rendu à Guayaquil au début des années 1980 quand il était recteur du collège argentin San José, visitera lundi le sanctuaire du Seigneur de la Divine Miséricorde, à l'extérieur de la ville, avant de rejoindre le parc Los Samanes en papamobile.

Après la messe, il se rendra au collège jésuite Javier, pour y partager le déjeuner avec d'autres religieux et surtout retrouver une vieille connaissance : le prêtre Francisco Cortés, dit padre Paquito.

Les deux hommes se sont vus pour la dernière fois il y a 30 ans à Buenos Aires, et le pape lui a fait savoir qu'il souhaitait le revoir.

«Pour moi, c'est une preuve de l'humilité de cet homme, de se rappeler de quelqu'un sans aucun mérite ni rien de spécial. Il a insisté, il veut me voir», racontait récemment, dans un entretien à l'AFP, le religieux déjà nonagénaire.

«On dit qu'il veut me parler, je ne sais pas de quoi», mais «je m'adapterai, s'il veut une longue conversation, (elle sera) longue, ou s'il veut qu'elle soit courte, (elle sera) courte», disait-il simplement.

Après cette rencontre, le pape se reposera avant de rentrer à Quito où il se réunira avec le président Rafael Correa et visitera la cathédrale, dans le coeur historique de la capitale.

Dès son arrivée en Équateur dimanche, le pape François a encore une fois fait preuve de sa légendaire simplicité, acceptant de poser pour des égoportraits à l'aéroport et laissant un journaliste lui embrasser la main.

Dans la soirée, il est même sorti, de manière inattendue, pour bénir les fidèles près de la nonciature apostolique où il est logé... leur demandant toutefois de bien vouloir laisser dormir les voisins.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer