Le Honduras extrade un présumé narcotrafiquant aux États-Unis

Un policier conduit le véhicule dans lequel Carlos... (PHOTO ORLANDO SIERRA, AFP)

Agrandir

Un policier conduit le véhicule dans lequel Carlos Lobo a été amené à Tegucigalpa, jeudi.

PHOTO ORLANDO SIERRA, AFP

Agence France-Presse
WASHINGTON

Le département d'État américain a annoncé vendredi l'extradition d'un trafiquant de drogue présumé par le Honduras, dont il est ressortissant, aux États-Unis, une première pour ce petit pays d'Amérique centrale.

«La Cour suprême du Honduras a autorisé l'extradition de Carlos Lobo vers les États-Unis pour y répondre d'accusations de trafic de drogue. Son extradition a eu lieu hier», jeudi, a déclaré Jennifer Psaki, porte-parole du département d'État, dans un communiqué.

L'extradition de Carlos Lobo, 38 ans, est le «signal fort que le président Juan Orlando Hernandez est déterminé à faire en sorte que le Honduras cesse d'être le théâtre d'activités illégales», a-t-elle ajouté.

Il s'agit de la première extradition d'un citoyen hondurien par son propre pays, «un geste historique», selon Mme Psaki.

Le conservateur Juan Orlando Hernandez avait prévenu lors de sa prestation de serment en janvier que «la fête est finie» pour les criminels qui agissent quasi impunément dans son pays.

Le Honduras, qui pâtit de faibles institutions et d'une forte impunité, affiche le plus fort taux d'homicide de la planète (85,5 pour 100 000 habitants en 2012, soit environ 20 meurtres par jour).

Au sujet du trafic de drogue, auquel sept homicides sur 10 sont liés, selon lui,  M. Hernandez a demandé à son homologue Barack Obama et au Congrès américain de «reconnaître une responsabilité commune» sur le sujet, les États-Unis étant la première destination de la cocaïne transitant par l'Amérique centrale.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer