Un contexte socioéconomique «défavorable» au développement

Le dépôt de ce rapport ouvre la voie... (Photo: David Boily, archives La Presse)

Agrandir

Le dépôt de ce rapport ouvre la voie à la tenue d'une seconde consultation publique du BAPE sur le gaz de schiste, qui doit se mettre en branle le 31 mars.

Photo: David Boily, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Gaz de schiste
Gaz de schiste

Consultez notre dossier complet sur les enjeux de l'exploitation du gaz de schiste. »

Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
Montréal

Compte tenu du prix du gaz naturel sur le marché nord-américain, du niveau des redevances en place et de l'inclusion du carbone dans les coûts, le contexte «n'est pas favorable au développement» du gaz de schiste au Québec, conclut le Comité de l'évaluation environnementale stratégique (ÉES) sur cette filière énergétique.

Il s'agit de l'un des constats figurant dans un rapport de près de 300 pages rendu public lundi en fin de journée par le ministère de l'Environnement, à la veille du début des consultations sur le projet de loi interdisant certaines activités destinées à rechercher ou à exploiter du gaz naturel dans le schiste.

Les auteurs du document daté de janvier 2014 préviennent également que l'exploitation «à grande échelle» de cette filière énergétique pourrait «affecter considérablement» le bilan du Québec en matière de qualité de l'air et «compromettre l'atteinte des cibles de réduction» des gaz à effet de serre (GES).

«C'est un rapport de mise en garde qui établit des faits scientifiques pas aussi inquiétants que ce qu'on a bien voulu croire, mais qui met en relief le fait que l'acceptabilité sociale n'est pas là», a résumé le ministre du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs, Yves-François Blanchet en entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne, lundi soir.

Le rapport, qui brosse une synthèse de 73 études, relève également que «de façon générale, les composés les plus fréquemment utilisés dans la fracturation hydraulique se sont révélés pour la plupart relativement peu toxiques», mais que trois additifs chimiques présentent néanmoins «un potentiel à la fois de persistance, de bioaccumulation et de toxicité».

Dans le contexte actuel, la question de fond est la fracturation hydraulique - technique employée non seulement pour l'extraction du gaz de schiste, mais aussi pour celle du pétrole de schiste, comme celui que le gouvernement Marois espère trouver dans le sous-sol de l'île d'Anticosti -, selon André Bélisle, président de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA).

«Au-delà des gaz de schiste, dont on n'a pas besoin parce qu'on peut produire du gaz de toutes sortes de façons, la question importante, c'est ce qu'on sait sur cette technique», a exposé M. Bélisle à l'autre bout du fil.

«On reconnaît qu'il y a des problèmes, mais on tente de les minimiser, a-t-il dénoncé. On nous dit que tout va bien, que tout est beau, eh bien non. Nous, on peut vous fournir beaucoup plus de rapports qui démontrent qu'il y en a des problèmes. La fracturation hydraulique empoisonne l'eau.»

Le groupe environnemental dirigé par André Bélisle a été l'un des premiers à monter aux barricades afin de s'opposer à l'exploration et à l'exploitation des gaz de schiste, mais également à dénoncer le comportement de l'industrie derrière cette filière.

La question de la gouvernance de l'industrie a également été étudiée dans le cadre de l'ÉES, et quelques-uns des constats donnent des munitions aux citoyens qui dénonçaient son attitude parfois cavalière.

«En matière de pratiques responsables, l'industrie du gaz de schiste accuse un net retard par rapport aux entreprises chefs de file des secteurs minier, pétrolier et chimique», peut-on lire dans le document.

«Gérés dans le secret, les contrats individuels ont dans plusieurs cas fragilisé la cohésion sociale et même divisé des communautés, mais aussi réduit le niveau de confiance au sein des populations concernées», ont en outre conclu les auteurs.

Le dépôt de ce rapport ouvre la voie à la tenue d'une seconde consultation publique du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) sur le gaz de schiste, qui doit se mettre en branle le 31 mars 2014. Des recommandations devront être proposées au gouvernement à l'issue de cet exercice, qui devrait s'échelonner sur quelques mois.

Le mandat du BAPE se limite à la filière du gaz de schiste et exclut celle du pétrole de schiste, que le gouvernement Marois a annoncé son intention d'exploiter sur l'île d'Anticosti il y a quelques jours.

Gaz et pétrole de schiste: le ministre Blanchet est fort conscient qu'il a hérité de deux dossiers chauds.

«Évidemment, je m'attends à ce que la question d'Anticosti contamine complètement la commission parlementaire et ça, pour moi, c'est normal, parce que par une entrée ou par l'autre, le Québec va faire le débat des hydrocarbures», a-t-il résumé.

Les consultations sur le projet de loi 37, dont le principe a déjà été adopté par les parlementaires au Salon bleu, se mettront en branle mardi matin à Québec.

L'AQLPA doit présenter mardi matin un mémoire devant la Commission des transports et de l'environnement, a confirmé M. Bélisle lundi soir.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer