Les petits États insulaires implorent les grandes nations d'enrayer le réchauffement climatique

À Kiribati, ensemble de trois archipels au nord-ouest... (PHOTO MATTHIEU RYTZ, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

À Kiribati, ensemble de trois archipels au nord-ouest de Tahiti, une partie de la population a déjà été déplacée, et une autre va bientôt l'être.

PHOTO MATTHIEU RYTZ, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Agence France-Presse
PORT MORESBY, Papouasie-Nouvelle-Guinée

Les petits États insulaires vont implorer les grandes nations de maintenir le réchauffement climatique dans la limite de 1,5°C supplémentaire par rapport à la température moyenne de l'ère préindustrielle, ont-ils indiqué mardi à l'AFP.

Ces petits États sont réunis en Papouasie-Nouvelle-Guinée à la veille du Forum des Îles du Pacifique. Ils comptent également faire entendre leur voix à la COP21, à Paris en décembre, eux qui sont les premières victimes du changement climatique, alors qu'ils polluent très peu.

«On atteint une frontière ultime, et si on la franchit, le monde entier va souffrir de graves problèmes», a souligné Anote Tong, le Président de la République de Kiribati. Dans cet ensemble de trois archipels au nord-ouest de Tahiti, une partie de la population a déjà été déplacée, et une autre va bientôt l'être.

Même inquiétude aux Palaos, un archipel au nord de l'Indonésie. II était déjà affecté par la hausse du niveau de la mer et le blanchiment du corail, qui perturbe tout l'écosystème sous-marin. «Et au cours des trois dernières années, on a eu deux super-typhons qui sont passés sur les Palaos, et par les Philippines, et ça, c'est la réalité et les défis qu'on affronte au quotidien, c'est vraiment devenu une question de survie pour nous», s'inquiète son président, Tommy E. Remengesau.

À Tuvalu, ce sont surtout les inondations des cultures par l'eau de l'océan qui détruisent le mode de vie, et provoquent des problèmes sanitaires. Son premier ministre, Enele Sosene Sopoaga, souhaite que les îles montrent l'exemple aux pollueurs : «il y a un véritable engagement de la part des petits États insulaires qui ne contribuent pas du tout à l'effet de serre par leurs émissions de gaz, mais qui sont déjà affectés : ils sont en train d'évoluer vers des énergies renouvelables, parce que ça aide à sauver leurs vies, à sauver les gens, à sauver leurs peuples».

Après des années de débats et d'avertissements lancés au monde sur le climat, les 16 chefs d'État du Forum des Îles du Pacifique - forum qui inclut les grandes îles que sont l'Australie et la Nouvelle-Zélande - se réunissent mercredi sur un nouveau thème : «renforcer les liens pour mettre en valeur la région Pacifique». C'est-à-dire se regrouper pour mieux peser face aux grandes nations industrialisées.

Seront-ils entendus? Réponse dans trois mois, à la COP21, que tous en Papouasie-Nouvelle-Guinée jugent comme le «sommet de la dernière chance pour inverser le processus de changement climatique».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer