Climat: un groupe d'experts internationaux se réunira à Montréal

À Montréal du 3 au 9 septembre, des... (Photo Jewel SAMAD, AFP)

Agrandir

À Montréal du 3 au 9 septembre, des centaines d'experts et de représentants de 195 pays plancheront sur un rapport sur la situation des changements climatiques.

Photo Jewel SAMAD, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

La Presse Canadienne

Montréal sera l'hôte d'un groupe d'experts internationaux sur le climat qui se réuniront à compter de mardi en vue de la publication d'un rapport qui sera crucial pour la mise en place de l'Accord de Paris sur le climat.

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) publie périodiquement des rapports fort attendus sur la situation du changement climatique, et il prépare ceux-ci au terme de plusieurs consultations menées partout dans le monde.

À Montréal du 3 au 9 septembre, les centaines d'experts et de représentants de 195 pays plancheront sur le sixième rapport, dont la version synthèse sera dévoilée en août 2022. Le dernier rapport date de 2014.

Chaque fois, ces rapports recensent la littérature mondiale en matière de changement climatique, qui est analysée par des milliers d'experts internationaux sur la question.

Steven Guilbault, cofondateur et directeur principal de l'organisme Équiterre, explique que l'un des mandats du GIEC cette fois-ci est de conseiller les gouvernements du monde sur la viabilité de leurs engagements pris à Paris en 2015 pour atteindre leur objectif de ne pas augmenter les températures de plus de 2 degrés Celcius.

M. Guilbault souligne que le rapport permettra aussi possiblement de mettre à jour ces engagements s'ils ne s'avèrent pas suffisants.

«À Paris, les négociateurs ont demandé au GIEC: pouvez-vous nous dire si les objectifs que les pays ont présentés sont suffisants et adéquats pour faire en sorte que nous n'atteignons pas les 1,5 ou 2 degrés Celcius», a-t-il précisé.

La ministre fédérale de l'Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, s'est réjouie que le Canada accueille cette rencontre.

«Nos scientifiques offrent une expertise de calibre mondial au GIEC, et nous sommes honorés d'accueillir cette prestigieuse rencontre internationale dans le cadre du 150e anniversaire du Canada», avait-elle déclaré dans un communiqué diffusé en mars.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer