«Il sera bientôt trop tard» pour sauver la planète, croit Ban Ki-moon

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon... (PHOTO VALERY HACHE, AFP)

Agrandir

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon était pour la première fois en visite à Monaco, mercredi.

PHOTO VALERY HACHE, AFP

Partager

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Agence France-Presse
MONACO

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, pour la première fois en visite à Monaco mercredi, a estimé qu'il serait «bientôt trop tard» pour sauver l'environnement de la planète si on ne mettait pas en place un «instrument contraignant» d'ici à 2015.

«Les paroles n'ont pas été suivies d'effets. Il sera bientôt trop tard. Nos modes de consommation sont incompatibles avec la santé de la planète. Notre empreinte écologique est démesurée», a asséné Ban Ki-moon, devant un parterre de personnalités.

«Nous devons agir maintenant si nous voulons qu'en 2050, la planète soit vivable pour ses neuf milliards d'habitants», a-t-il plaidé.

Sur quatre-vingt-dix objectifs adoptés d'un commun accord par la communauté internationale dans le domaine environnemental ces 20 dernières années, seuls quatre enregistrent des progrès notables, a déploré Ban Ki-moon.

Le responsable a mis en exergue l'amoindrissement de la biodiversité, la diminution des stocks de poissons, la plus grande acidité des océans, ou encore l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre.

«Il faut que la dynamique s'accélère. Nous devons développer ce que nous testons en éprouvette depuis 40 ans. Pour cela, nous devons adopter des mesures d'incitation efficaces, et notamment mettre un prix sur les émissions de carbone», a-t-il dit.

«Nous devons aussi adopter, d'ici à 2015, un instrument universel et juridiquement contraignant relatif au climat, afin que tous les pays prennent des mesures supplémentaires pour réduire les effets des changements climatiques et s'y adapter», a préconisé le secrétaire général des Nations unies.

Le responsable a aussi rendu un hommage à la Fondation Prince Albert II de Monaco qui «est respectée dans le monde entier pour le travail qu'elle fait dans les domaines de la biodiversité, de l'eau et de la lutte contre les changements climatiques».

«À l'heure où la terre et les océans subissent des pressions sans précédent, notamment en raison de la progression démographique mondiale et du changement climatique, il nous incombe d'agir avec détermination pour préparer l'avenir», a déclaré de son côté le Prince Albert de Monaco.

Pour la petite principauté (2 km2), la visite officielle de Ban Ki-moon marque le 20e anniversaire de l'entrée de Monaco à l'ONU le 28 mai 1993. «Je me souviens avec émotion de la fierté que lui procura cette reconnaissance», a commenté le souverain en évoquant son père, le prince Rainier III.

Ban Ki-moon qui avait commencé en début de semaine une tournée européenne par une visite dans les petites principautés de Saint-Marin et d'Andorre, doit ensuite se rendre en Espagne et aux Pays-Bas. Il s'entretiendra jeudi matin à Monaco avec le chef du gouvernement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer