Vivre ensemble: des films qui tendent la main

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ils parlent d'immigration, de solidarité, d'intégration, de compréhension, mais aussi de racisme, de solitude et d'incompréhension. Ils parlent de communautés culturelles et de nouveaux arrivants. Ils parlent d'une terre d'accueil ou d'un endroit devenu chez-soi depuis longtemps. Hier comme aujourd'hui, les cinéastes québécois ont signé des oeuvres évoquant un Québec pluriel et ouvert sur le monde. En voici, parmi bien d'autres, quelques exemples. À voir ou à revoir.

Les noces de papier (1990)

Pour échapper à une extradition qui pourrait l'entraîner dans la mort, Pablo, un réfugié chilien, épouse la soeur de son avocate. Mais les agents de l'immigration sont coriaces et le couple devra plonger plus loin que prévu pour sauver Pablo. Le film de Michel Brault a été présenté en compétition officielle lors de la 40e Berlinale.

L'ange de goudron (2001)

Présenté au FFM moins de trois semaines avant les attentats du 11 septembre, le film de Denis Chouinard raconte l'histoire d'une famille algérienne qui, ayant fui la guerre civile pour s'établir à Montréal, voit ses chances d'obtenir la citoyenneté canadienne menacées par les actions militantes du fils aîné. À l'époque, le cinéaste disait à La Presse être choqué de voir à quel point le Montréal multiculturel était pratiquement absent du cinéma, de la télévision et de la littérature québécoises.

Le Nèg' (2002)... (Image fournie par la production) - image 2.0

Agrandir

Le Nèg' (2002)

Image fournie par la production

Le Nèg' (2002)

«Le racisme, c'est comme du vandalisme perpétré sur des humains», disait Robert Morin à notre défunt collègue Luc Perreault au moment de la sortie de son film dans lequel un jeune travailleur agricole noir était battu à mort par deux Québécois de souche après qu'il eut détruit une sculpture de jardin représentant un petit Noir pêchant. Rappelons que l'affiche et le titre avaient créé un mini scandale, certains qualifiant le tout de raciste, ce à quoi s'employait à dénoncer le réalisateur...

Monsieur Lazhar (2011)

On le sait, ce film de Philippe Falardeau, adaptation d'une pièce d'Evelyne de la Chenelière, a connu une carrière magistrale qui l'a conduit jusqu'à la soirée des Oscars. On y suit l'histoire d'un homme qui, réfugié politique dans l'attente d'une décision quant à son statut au Canada, remplace au pied levé une enseignante dans une classe troublée par le suicide de cette dernière.

L'ange de goudron (2001)... (Image fournie par la production) - image 3.0

Agrandir

L'ange de goudron (2001)

Image fournie par la production

Boucherie Halal (2012)

Présenté au Festival des films du monde, le premier long métrage de fiction de Babek Aliassa s'attarde à la vie d'un couple de musulmans qui, désireux de s'intégrer à son quartier et à sa communauté, ouvre une boucherie. Tous deux font toutefois face à des difficultés, dont le conservatisme du père du boucher qui dirige une mosquée dans l'arrière-boutique du commerce.

Diego Star (2013)

En plus de camper son beau film dans un lieu - un chantier maritime - peu souvent exploré dans notre cinéma, le réalisateur Frédérick Pelletier se penche, à travers l'histoire de l'Africain Traoré, sur les conditions de marins étrangers qui, bien malgré eux, se retrouvent soudainement seuls dans un milieu qui leur est totalement inconnu.

Félix et Meira (2015)

Le réalisateur Maxime Giroux et son coscénariste Alexandre Laferrière proposent une rare incursion dans une communauté culturelle méconnue grâce à une histoire d'amour atypique entre un Québécois francophone et une femme juive hassidique. En choisissant sa nouvelle vie, cette dernière doit renoncer à sa famille et sa communauté. Le film a remporté de nombreux prix.

Les noces de papier (1990)... (Image fournie par la production) - image 4.0

Agrandir

Les noces de papier (1990)

Image fournie par la production

Montréal la blanche (2016)

Un soir de Noël à Montréal. C'est aussi un soir de mois du ramadan. Chauffeur de taxi d'origine algérienne, Amokrane prend à son bord Kahina, ancienne vedette pop de sa jeunesse. Tout au long de la route, ils échangent sur leur vision de Montréal dans laquelle leur parcours d'immigrants ne sont pas du tout les mêmes. Un film écrit et réalisé par Bachir Bensaddek, inspiré de sa propre pièce de théâtre documentaire.

Avant les rues (2016)

Sorti à la Berlinale en février 2016, le film de Chloé Leriche consacré à un jeune autochtone cherchant le chemin de la rédemption après avoir commis un meurtre a connu un grand succès critique et de festival. L'oeuvre est maintenant en route pour le prochain gala des prix Écrans canadiens avec six nominations.

Une nuit sans lune (2016)

Ce documentaire de Marie-Hélène Panisset et Thi Be Nguyen revient sur la chute de Saigon et l'arrivée de quelque 60 000 réfugiés vietnamiens dits «boat people» au Québec au milieu des années 70. Les interviewés évoquent autant les conditions terribles dans lesquels ils ont fui que l'incertitude marquant leurs premiers pas au Québec.




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer