L'Excentris cesse ses opérations en salles

Le Cinéma parallèle, propriétaire des salles du complexe l'Excentris, à... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Cinéma parallèle, propriétaire des salles du complexe l'Excentris, à Montréal, cesse «provisoirement» ses opérations. L'organisme voué à la diffusion du cinéma d'auteur entend déposer sous peu «un avis d'intention (pour) faire une proposition à ses créanciers», annonce-t-on cet après-midi par voie de communiqué.

«Depuis le rachat et la réouverture du lieu il y a quatre ans, Excentris s'est battu sans relâche pour le maintien de son mandat de diffusion dans un contexte d'industrie en mutation. (...) La santé financière d'Excentris est directement proportionnelle à sa capacité à s'approvisionner auprès des distributeurs en films d'auteur à plus large portée. Et c'est là que le bât a blessé», affirme le conseil d'administration.

Selon ce qu'on explique, l'institution du boulevard Saint-Laurent, fondée à la fin des années 90 par le mécène Daniel Langlois, puis rachetée en 2011 par le Cinéma parallèle, autofinançait ses opérations à près de 90%. Quelque 150 titres étaient diffusés annuellement. 

«80% de notre programmation [était] composée de titres de niche, lesquels [rapportaient] 20% du box-office, et 20% de notre programmation [était] composée de titres indépendants à plus large portée auprès du public, avec 80% des revenus de billetterie à la clé», poursuit-on dans le communiqué. 

«Malgré ses efforts, c'est à armes inégales qu'Excentris a dû faire face à la forte concentration de la distribution et de la diffusion de films au pays. Les difficultés pour obtenir ces titres se sont manifestées dès la réouverture en 2011 et se sont amplifiées depuis cet été, avec des modifications rapides des stratégies commerciales de mise en marché des films», ajoute le conseil d'administration.

«Pour maintenir son activité, Excentris n'aurait eu besoin que de quatre films porteurs supplémentaires cette année, comme ce fut le cas en 2013 et 2014. Or, plusieurs de ces titres nous ont été soit purement et simplement refusés, soit proposés plusieurs semaines après leur sortie sur les écrans du plus gros exploitant situé à proximité d'Excentris. En cette période où tous les joueurs de l'industrie audiovisuelle cherchent à s'adapter aux changements des habitudes des cinéphiles, la loi du marché a pris le dessus», affirme-t-on.

Tous les employés du complexe cinématographique auraient été congédiés ce matin.

Le Cinéma parallèle, propriétaire des... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Les réseaux sociaux s'enflamment  

La nouvelle de la fermeture «provisoire» d'Excentris a d'abord été partagée ce matin sur les réseaux sociaux par plusieurs acteurs du milieu du cinéma du québécois. 

«À cause de la fermeture temporaire du cinéma Excentris, la sortie du film Fatima de Philippe Faucon est reportée à janvier 2016», a notamment écrit IXION Communications sur le réseau social Twitter.

«Le Cinema Excentris ferme ses portes aujourd'hui. Pour de bon, il paraît. Une catastrophe pour les cinéphiles et le cinéma d'ici. La rétrospective de mes films est interrompue. Nous faisons le tout pour le tout pour la relocaliser», a pour sa part écrit le cinéaste François Delisle sur sa page Facebook

«K-Films Amérique est dans le regret d'annuler la sortie en salle le vendredi 27 novembre du film croate Soleil de plomb, dont le visionnement de presse se termine actuellement au Cinéma Excentris, dont l'administration vient de nous aviser de sa fermeture immédiatement, les employés ayant tous été congédiés», peut-on lire par voie de communiqué.

En janvier dernier, la directrice générale Hélène Blanchet se disait pourtant optimiste qu'une nouvelle stratégie numérique, déployée en partenariat avec l'Office national du film (ONF), lui permettrait de rentabiliser les activités de ces salles vouées au cinéma d'auteur. On voulait alors augmenter les revenus en louant des films en ligne. 

«2015 est l'année où on va prendre notre envol», avait-elle promis en entrevue avec La Presse. Malgré l'annonce d'aujourd'hui, ce volet en ligne demeure actif pour l'instant. 

Des problèmes budgétaires 

En 2011, lors de l'achat des trois salles du complexe l'Excentris, le Cinéma Parallèle a contracté un prêt de 4 millions auprès de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC). Selon le plan d'affaires initial, l'organisme devait construire deux nouvelles salles. Or, le contexte actuel et la baisse d'achalandage de ses salles ne lui permettait plus de réaliser ce plan. 

Depuis près de quatre ans, le ministre de la Culture et des Communications (MCC) paie chaque année les intérêts sur le prêt, ce qui représente environ 200 000 $. Or, cette entente prend fin en 2016.

«La SODEC prend acte de la décision d'affaire de l'organisme et c'est évident qu'on cherche des solutions pour que la programmation diffusée en ce moment à l'Excentris trouve d'autres écrans. On vise à trouver des solutions», a brièvement commenté Isabelle Mercille, direction des relations publiques pour la société d'État. 

Lisez demain notre couverture complète dans La Presse+.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer