1948: Allemagne, année zéro de Roberto Rossellini

Pendant l'été 1947, Roberto Rossellini s'est rendu à Berlin, une ville alors... (Photo fournie par Tevere Film)

Agrandir

Photo fournie par Tevere Film

Pendant l'été 1947, Roberto Rossellini s'est rendu à Berlin, une ville alors dévastée et en ruine, pour tourner le dernier volet d'une trilogie consacrée à la guerre, amorcée avec Rome ville ouverte, et poursuivie avec Païsa.

Le père du néo-réalisme raconte l'immédiat après-guerre en Allemagne à travers le parcours d'un jeune garçon âgé de 12 ans (Edmund Meschke), inévitablement rattrapé par le destin. Ce dernier, endoctriné par la philosophie nazie, n'est en effet pas en mesure de faire la distinction entre le bien et le mal.

Alors que l'on souligne cette année le 25e anniversaire de la chute du mur de Berlin, il sera intéressant de revoir sur grand écran cette oeuvre qui a su capter l'âme sombre d'une terrible époque.




Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer