FNC: Claude Chamberlan tire sa révérence

Claude Chamberlan, lors d'une conférence de presse du... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Claude Chamberlan, lors d'une conférence de presse du FNC il y a quelques années.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josée Lapointe

Quarante-six ans après avoir fondé le Festival du nouveau cinéma, Claude Chamberlan quitte son poste de directeur de la programmation. C'est ce qu'il a annoncé mardi matin lors du dévoilement de l'imposant programme du festival, qui aura lieu du 4 au 15 octobre.

«Après 46 ans, il est temps», dit-il pour expliquer sa décision. Il «passe la puck» à celui qui a partagé cette année la direction de la programmation avec lui, Philippe Gajan, et à toute une équipe «hors pair». Claude Chamberlan n'était déjà plus directeur général du festival depuis une dizaine d'années : c'est Nicolas Girard Deltruc qui occupe le poste depuis 2006.

Claude Chamberlan ne s'en va pas très loin, puisqu'il restera à titre d'organisateur de présentations spéciales. «Pour l'an prochain, j'aimerais faire venir Martin Scorsese et Bertrand Tavernier pour une classe de maître bilingue», dit celui qui a été à l'origine de la présence de plusieurs vedettes à Montréal, notamment Al Pacino.

Il se consacrera aussi à son autre dada, la réouverture du cinéma Parallèle, salle qui a fait les beaux jours du boulevard Saint-Laurent. «On a besoin d'une salle qui se consacre au cinéma indépendant, et qui servira aussi au festival», estime Claude Chamberlan, qui dit être entouré d'un comité de conseillers. «Je regarde tout ce qui se fait en matière de salles indépendantes ailleurs. Ça prend un lieu moderne, mais qui a de l'âme, avec de la vie, un café...»

Il devrait être en mesure de faire des annonces bientôt, affirme-t-il. «Mais on va laisser passer le festival d'abord», dit Claude Chamberlan, qui n'en revient toujours pas de pouvoir présenter le Blade Runner 2049 de Denis Villeneuve en ouverture le 4 octobre.

«C'est notre plus gros coup à vie. C'est le FNC qui a présenté son premier long métrage en 1998, Un 32 août sur terre. J'ai l'impression que c'est un cadeau qu'il nous fait, mais je ne sais pas comment il a réussi ça. Il m'a appelé le 1er septembre à 15h pour me l'annoncer, je vais m'en souvenir toute ma vie.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer