A Most Violent Year ouvre le festival de l'American Film Institute

Jessica Chastain à la première du film A... (Photo: AFP)

Agrandir

Jessica Chastain à la première du film A Most Violent Year au festival de l'American Film Institute (AFI).

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Los Angeles

A Most Violent Year, qui décrit un jeune entrepreneur pétrolier dans le New York féroce des années 1980, a ouvert en beauté le festival de l'AFI (American Film Institute) à Los Angeles pour sa première mondiale, avec une Jessica Chastain prête-à-tout.

«Je suis très fier de ce film, c'est sa première mondiale alors soyez gentil», a plaisanté lors de la soirée d'ouverture mardi soir le réalisateur J.C. Chandor.

À ses côtés se trouvaient la lumineuse Jessica Chastain, actuellement à l'affiche d'Interstellar, et Oscar Isaac, qui tient le rôle titre du film.

L'auteur du remarqué Margin Call (2011), inspiré par la faillite de Lehman Brothers, et d'All is Lost (2013) avec Robert Redford naufragé, a remercié «les gens de Los Angeles et de l'industrie du film qui ont ouvert grand leurs bras pour accueillir un New-Yorkais, un gamin du New Jersey».

A Most Violent Year, qui sort le 31 décembre aux États-Unis et en France, se passe en 1981 dans un New York en proie à une telle violence que la police est dépassée.

Le film au style à la fois retenu mais au suspense qui monte en puissance, parsemé de touches d'humour, met en scène un jeune entrepreneur immigré aux États-Unis et parti de rien, Abel Morales, qui tente de bâtir un empire pétrolier avec l'aide de sa femme (Jessica Chastain), héritière d'un magnat déchu de l'or noir.

Ses employés sont visés par des attaques de plus en plus brutales qui en viennent à menacer sa femme et ses enfants, et la pression s'accroît avec l'annonce de poursuites du gouvernement.

L'entrepreneur est déterminé, sans états d'âmes pour ses employés et n'a peur «que de l'échec», mais veut rester dans le droit chemin, alors que sa femme et son avocat (Albert Brooks) le poussent à prendre des mesures plus radicales pour faire cesser les attaques anonymes.

Abel Morales est interprété par Oscar Isaac - vu dans Inside Llewyn Davis (2013) et à l'affiche du prochain Star Wars - qui évoque Al Pacino dans Le Parrain.

Le film bénéficie d'excellentes critiques: sur le site Rotten tomatoes, il affiche 100% de commentaires favorables.

Le festival de l'American Film Institute (AFI) se tient du 6 au 13 novembre à Hollywood.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer