André-Line Beauparlant: mon frère, l'insaisissable

La réalisatrice André-Line Beauparlant a tenté de comprendre... (PHOTO FOURNIE PAR LES RIDM)

Agrandir

La réalisatrice André-Line Beauparlant a tenté de comprendre la façon de vivre de son frère dans Pinocchio.

PHOTO FOURNIE PAR LES RIDM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Petit, Éric s'identifiait constamment à Pinocchio. «C'était son personnage préféré. Il écoutait cette histoire sans arrêt. Il s'identifiait à Pinocchio», dit sa soeur, la cinéaste André-Line Beauparlant, de quatre ans son aînée. «C'est fou», ajoute-t-elle.

Devenu adulte, Éric est devenu un homme libre. Vaguement marin, mythomane, charmeur, il a embobiné quantité d'individus pour mieux les arnaquer, leur soutirer de l'argent, avant de disparaître dans la nature.

Il a été traqué. Il a fait de la prison. Il a été renvoyé au Canada. Et il est - aujourd'hui - disparu à nouveau, laissant dans un mélange de flou et d'inquiétude ses parents et sa soeur, directrice artistique (Incendies, Inch'Allah, Guibord s'en va-t-en guerre) et réalisatrice (Trois princesses pour Roland, Le petit Jésus).

Éric, ce beau parleur au nom prédestiné, est donc le sujet central de Pinocchio, nouveau documentaire d'André-Line Beauparlant avec qui La Presse s'est entretenue.

Qu'est-ce qui a motivé cette envie de parler ainsi de votre frère?

Éric était très présent dans ma vie avec cette habitude qu'il a d'apparaître et de disparaître, d'avoir constamment besoin d'argent, etc. Or, pour moi, tourner des documentaires est une façon de réfléchir sur le monde à travers la famille. Je me sers toujours de situations particulières, comme celle d'Éric, comme tremplin pour explorer ce thème, la famille, que j'affectionne.

Aviez-vous conscience de l'essence de cette quête avant de commencer?

Je pense que oui, mais je ne connaissais pas la fin. J'étais très intéressée par son histoire et j'essayais de comprendre où il voulait en venir avec sa façon de vivre. Éric est très lucide. Il m'a dit savoir combien il est menteur. Nous nous sommes entendus sur le fait que je tournais un film sur lui. J'ai tourné ça sur plusieurs années, à temps partiel. D'abord parce que j'ai un autre métier et aussi parce qu'il disparaissait souvent durant de longues périodes sans laisser de traces.

Pourquoi une telle mise à nu de vous et de votre famille?

Vous trouvez? Je ne crois pas y voir une plus grande mise à nu que dans mon film Le petit Jésus. L'histoire d'Éric me préoccupait et m'obsédait. Or, il n'y avait que moi pour faire un film comme ça sur mon frère. Je pouvais aller plus loin parce que je le connais bien. Je ne crois pas non plus qu'il est seul dans cette façon de se réinventer. C'est assez fréquent. J'ai l'impression que c'est alimenté par une sorte de non-confiance en soi.

Ai-je raison de dire que vous semblez plus intriguée qu'affligée par ce qu'il fait?

C'est un mélange des deux. De moi à lui, il y a un mélange d'amour, de colère, de compassion. Moralement, je n'aime pas le voir voler des gens, le voir demander de l'argent sans arrêt à mes parents. Mais j'ai fait le film en essayant de ne pas être dans le jugement.

L'histoire d'Éric est plus compliquée que de simplement dire qu'il est un arnaqueur. C'est, à mon avis, beaucoup plus douloureux. Même s'il affirme avoir une autre façon de voir la vie.

Mon film essaie de comprendre sa façon d'être, sa façon à lui de vivre sans attaches.

_______________________________________________________________________________

Pinocchio prend l'affiche le 11 décembre.

Pinocchio

Cote La Presse

Éric fait le tour du monde, il travaille sur des bateaux. Il semble vivre la vie qu'il a toujours rêvé au moment où il est emprisonné au Brésil, en...
Fiche du film
Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer