Prix Écrans canadiens: Gabrielle et Enemy raflent la mise

En plus du prix du meilleur film, Gabrielle... (Photo: La Presse Canadienne)

Agrandir

En plus du prix du meilleur film, Gabrielle a aussi permis à Gabrielle Marion-Rivard de remporter le prix de la meilleure actrice.

Photo: La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le film Enemy, de Denis Villeneuve, a dominé hier le gala des prix Écrans canadiens en remportant cinq trophées. Mais c'est Gabrielle, de Louise Archambault, qui repart avec le prix le plus convoité, celui du meilleur long métrage de l'année.

Gabrielle Marion-Rivard... (PHOTO FRED THORNHILL, REUTERS) - image 1.0

Agrandir

Gabrielle Marion-Rivard

PHOTO FRED THORNHILL, REUTERS

Animé par Martin Short, ce 24e gala du cinéma canadien a été l'affaire de plusieurs artisans québécois dans les plus prestigieuses catégories. Outre les cinq prix au film de Villeneuve, Gabrielle en a remporté deux, tout comme Louis Cyr, de Daniel Roby. Le démantèlement, de Sébastien Pilote, a aussi obtenu un prix.

«Je pensais passer une soirée tranquille. Avec la qualité des huit longs métrages en nomination pour le meilleur film, je ne m'attendais pas de gagner. Je suis surprise et je trouve ça fabuleux», a commenté la réalisatrice Louise Archambault en entrevue téléphonique.

Le long métrage The Mortal Instruments: City of Bones de Harald Zwart a remporté la Bobine d'or Cineplex (meilleur box-office) et quatre récompenses dans des catégories techniques.

Grand absent

Le grand absent du palmarès est Tom à la ferme, de Xavier Dolan, qui repart bredouille en dépit de huit nominations. Maïna (6 nominations) de Michel Poulette est aussi exclu du tableau.

Thriller psychologique et fantastique adapté du roman L'autre comme moi de José Saramago, Enemy met en scène Adam (Jake Gyllenhaal), un universitaire dont la vie blasée bascule le jour où il découvre avoir un sosie parfait, qu'il tente de retrouver.

Hier soir, le film a remporté le prix de la meilleure réalisation (Villeneuve), de la meilleure actrice de soutien (Sarah Gadon), de la meilleure direction photo (Nicolas Bolduc), du meilleur montage (Matthew Hannam) et de la meilleure musique (Danny Bensi/Saunder Jurriaans).

«Tout le monde repart avec un prix et tout le monde est de bonne humeur, a indiqué Denis Villeneuve à La Presse. Pour ma part, j'étais déjà heureux à la réception de trois prix hors d'ondes [musique, montage, direction photo], parce que tous ces artisans ont beaucoup donné au film. C'est vraiment quelque chose qu'on a fait entre amis.»

En plus du prix du meilleur film, Gabrielle a aussi permis à Gabrielle Marion-Rivard de remporter le prix de la meilleure actrice. Une belle revanche pour cette dernière, qui n'a pas été retenue parmi les finalistes aux prix Jutra, dont le gala aura lieu le 23 mars. «I love you, Canada», a-t-elle lancé au public, comblé devant autant de candeur.

«Je suis émue et très contente, nous a confié la gagnante. Ça faisait longtemps que je rêvais de remporter un prix et il aura une belle place à la maison. Le cinéma est pour moi une nouvelle vie, une nouvelle famille, et j'ai juste envie de continuer.»

La réalisatrice Louise Archambault était très fière de la jeune comédienne et a défendu son travail. «J'ai parfois lu dans des médias que Gabrielle jouait son propre rôle [une femme atteinte du syndrome de Williams]. C'est faux. Elle avait un rôle de composition. Elle avait à apprendre des textes et jouait des situations qu'elle n'a jamais vécues», dit-elle.

Chez les comédiens, le prix du meilleur acteur est allé à Gabriel Arcand pour son rôle de Gaby, éleveur d'agneaux taciturne dans Le démantèlement. Cette catégorie comptait aussi Jake Gyllenhaal, Daniel Radcliffe, Brendan Gleeson et Rajesh Tailang. «Quand il s'agit de création artistique, je ne vois pas les choses comme une compétition, a dit M. Arcand à La Presse. Pour moi, un gala permet surtout de rencontrer des artisans du milieu et de vieux amis que je ne pourrais voir autrement parce que nous avons tous nos vies.»

Le prix du meilleur acteur de soutien est allé à Gordon Pinsent pour son travail dans The Grand Seduction.

Autres prix

Louis Cyr repart de Toronto avec les récompenses de la meilleure direction artistique et des meilleurs costumes.

Les autres gagnants de la soirée sont: Empire of Dirt (scénario), The Mortal Instruments (maquillages, son d'ensemble, montage sonore, effets visuels), The Right Kind of Wrong (chanson originale), The F-Word (adaptation), Subconscious Password (court d'animation), Noah (court dramatique), Chi (court documentaire), Watermark (documentaire).

Le réalisateur Emanuel Hoss-Desmarais a par ailleurs reçu le prix Claude-Jutra (meilleur premier long métrage) pour son film Whitewash. L'annonce du lauréat avait été faite il y a quelques semaines.

Quant à David Cronenberg, il a été honoré pour l'ensemble de sa carrière.

Les gagnants

MEILLEUR FILM : Gabrielle - Louise Archambault - Production micro_scope

MEILLEURE RÉALISATION : Denis Villeneuve - Enemy

MEILLEUR SCÉNARIO : Shannon Masters - Empire of Dirt

MEILLEURE INTERPRÉTATION MASCULINE, PREMIER RÔLE : Gabriel Arcand - Le démantèlement

MEILLEURE INTERPRÉTATION FÉMININE, PREMIER RÔLE : Gabrielle Marion-Rivard - Gabrielle

MEILLEURE INTERPRÉTATION MASCULINE, RÔLE DE SOUTIEN : Gordon Pinsent - The Grand Seduction

MEILLEURE INTERPRÉTATION FÉMININE, RÔLE DE SOUTIEN : Sarah Gadon - Enemy

MEILLEURE DIRECTION PHOTO : Nicolas Bolduc - Enemy

MEILLEURE DIRECTION ARTISTIQUE : Michel Proulx - Louis Cyr, l'homme le plus fort du monde




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer