• Accueil > 
  • Cinéma 
  • > James Bond ne fume plus mais reste exposé au tabagisme passif 

James Bond ne fume plus mais reste exposé au tabagisme passif

James Bond fumait surtout dans les années 1960... (Wikicommons)

Agrandir

James Bond fumait surtout dans les années 1960 - dans cinq des six films de cette décennie - et a pris sa dernière bouffée en 2002. Sur la photo, Sean Connery dans la peau de 007 dans Dr. No (1962).

Wikicommons

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

James Bond a peut-être cessé de fumer il y a 14 ans, mais il reste exposé aux risques du tabagisme passif en raison notamment des habitudes de ses nombreuses partenaires sexuelles, ont averti mardi des chercheurs.

Deux spécialistes en santé publique ont décidé de mettre en évidence les dangers du tabac auxquels est confronté l'agent secret mythique du cinéma - ainsi que les personnes réelles qu'il a pu inspirer.

Dans l'ensemble, la persistance du tabagisme dans ces aventures reste problématique du point de vue de la santé publique, surtout compte tenu de la popularité de cette série de films, constatent-ils après avoir passé en revue 24 d'entre eux.

S'il a lui-même cessé de fumer, 007 continue à se mettre en danger en folâtrant avec des fumeuses, notent les auteurs, Nick Wilson et Anne Tucker (Université d'Otago à Wellington, Nouvelle-Zélande) dans la revue Tobacco Control.

Ils évoquent ainsi des niveaux élevés d'exposition de Bond au tabagisme passif, en particulier avec la cigarette d'après l'amour, citant même une partenaire posant un cendrier «sur sa poitrine nue».

Le risque est légèrement atténué, admettent les chercheurs, «par la nature généralement brève de ses relations».

Bond fumait surtout dans les années 1960 - dans cinq des six films de cette décennie - et a pris sa dernière bouffée en 2002 dans le film bien intitulé Die Another Day.

Les gadgets de l'espion liés au tabagisme, tel un dispositif de fusée dissimulé dans une cigarette, sont devenus de moins en moins nombreux au fil du temps et les mentions des risques du tabac plus fréquents.

Mais ses partenaires sexuelles ont souvent fumé, et cela se produit encore comme dernièrement en 2012 dans le film Skyfall.

L'histoire du fumeur Bond semble en désaccord avec le besoin d'avoir une bonne condition physique pour faire son travail, mais correspond à sa vie plutôt risquée.

Après tout, 007 a esquivé des milliers de balles, il boit beaucoup de martinis et conduit souvent très vite, soulignent les auteurs. Sans compter que certaines de ses amantes tentent de l'estropier, de le capturer ou de le tuer...




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer