Trois victimes de Piment fort

Joane Labelle... (PHOTO ROCKET LAVOIE, ARCHIVES LE QUOTIEN)

Agrandir

Joane Labelle

PHOTO ROCKET LAVOIE, ARCHIVES LE QUOTIEN

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Hugo Meunier
Hugo Meunier
La Presse

Est-ce que l'humour corrosif des bonnes vieilles années de Piment fort demeure possible aujourd'hui, en cette ère du politically correct? Trois victimes de l'émission commentent.

Daniel Pinard

Aujourd'hui encore, il est pratiquement impossible de dissocier le nom de Daniel Pinard de l'émission Piment fort. Tête de Turc récurrente de l'émission, Daniel Pinard avait dénoncé en 2000 les propos homophobes tenus à l'émission. En 2005, Normand Brathwaite et Daniel Pinard avaient enterré la hache de guerre à l'émission L'autre midi à la table d'à côté, diffusée à Radio-Canada. Lors de cette rencontre, Daniel Pinard avait confié être un grand fan de Piment fort tandis que Normand Brathwaite avait raconté s'être fait apostropher assez durement dans le Village gai. Joint pour commenter notre dossier, Daniel Pinard a préféré passer son tour. «Oubliez ça, j'ai déjà dit ce que j'avais à dire!», a-t-il lancé, exaspéré, avant de couper court à la conversation.

Joane Labelle

Le nom de la chanteuse, révélée au début des années 90 par sa reprise de La vie en rose de Gilles Valiquette, résonnait souvent dans le studio de Piment fort. Joane Labelle, qui a sorti un album portant son nom en 2012, a poliment décliné notre demande d'entrevue, en affirmant ne pas vouloir revenir si loin dans le passé. Elle a néanmoins accepté de nous envoyer cette courte déclaration par courriel. «J'aimerais simplement partager avec vous que je sais rire de moi-même, et d'un peu de tout... mais, quand il y a acharnement [...], ça peut ne plus être drôle et devenir même blessant. Je souhaite à Normand Brathwaite et à l'équipe de Piment fort tout le succès qu'ils désirent. J'ai beaucoup de respect pour Normand Brathwaite; c'est quelqu'un de bien qui m'a beaucoup fait rire au cours de sa carrière.»

Kathleen... (PHOTO TIRÉE DE MYSPACE) - image 2.0

Agrandir

Kathleen

PHOTO TIRÉE DE MYSPACE

Kathleen

La chanteuse Kathleen et sa légendaire crinière boudinée passaient souvent un mauvais quart d'heure à l'émission Piment fort. La Presse a tenté, en vain, de joindre la chanteuse, qui a connu un succès monstre au début des années 90 avec les pièces Où aller et Ça va bien. Aux dernières nouvelles, elle faisait toujours partie du groupe Le Ville Emard Blues Band.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • <em>Piment fort </em>à la sauce du jour

    Télévision

    Piment fort à la sauce du jour

    Le grand retour de Piment fort s'amorce lundi prochain sur les ondes de TVA. Certains ont remis en question l'intérêt de ressusciter ce jeu... »

  • Humour et médias: des farces qui passent mal

    Nouvelles

    Humour et médias: des farces qui passent mal

    Est-ce que l'humour corrosif demeure encore possible aujourd'hui, en cette ère du politically correct? Quelques exemples de farces qui ont... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer