Un humoriste s'invente une liaison avec Valérie Trierweiler

L'humoriste Nicolas Bedos en entrevue à l'émission Un... (Photo: capture d'écran)

Agrandir

L'humoriste Nicolas Bedos en entrevue à l'émission Un soir à la Tour Eiffel.

Photo: capture d'écran

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Un humoriste a suscité la controverse en France, après s'être inventé une liaison avec Valérie Trierweiler, l'ex-compagne du président François Hollande, dans un canular soigneusement orchestré diffusé mercredi soir par la télévision publique.

Invité d'Un soir à la Tour Eiffel, nouveau talk-show de la chaîne France 2, Nicolas Bedos a annoncé la parution d'un livre, Les serments déchirés, relatant, selon lui, une longue liaison avec Valérie Trierweiler quand elle était encore à l'Élysée.

Interviewé pendant près d'une demi-heure par l'animatrice, elle-même complice du canular, l'humoriste a déclenché avec sa confidence fantaisiste un grand silence sur le plateau... et d'innombrables commentaires sur les réseaux sociaux, partagés entre amusement et agacement.

Il a avoué le canular en toute fin d'émission, après le générique, expliquant avoir ainsi voulu dénoncer la «peopolisation» de la vie politique.

Mais le buzz suscité a amené le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), organe régulateur de la télévision en France, à annoncer jeudi qu'il s'était saisi de l'affaire, comme il le fait souvent pour des émissions polémiques, et se prononcera «très vite».


Le canular de Nicolas Bedos dans "Un Soir à la... by france2

Il est toutefois rare que le CSA sanctionne les chaînes pour les canulars des humoristes, sauf pour atteintes à la dignité humaine.

France 2 a déclaré de son côté «assumer le canular de Nicolas Bedos». «Si on lui donne la parole, c'est alors pour respecter sa liberté de ton et de sujets (...) à condition de prévenir ensuite les téléspectateurs du canular, ce qui fut fait», a fait valoir un porte-parole de la chaîne publique.

L'affaire survient un peu plus d'un mois après la parution du livre-brûlot de Valérie Trierweiler, dans lequel l'ex-compagne du président Hollande étrille le chef de l'État tout en dévoilant des détails intimes de leur vie commune.

Le canular de Nicolas Bedos a fait son effet sur Twitter, où certains se sont fait piéger, comme la députée conservatrice Christine Boutin qui a twitté son «écoeurement»: «La révélation #bedos de ce soir prouve une nouvelle fois qu'il n'y a plus aucune séparation entre vie publique et vie privée!». Avant de commenter, une fois la blague éventée, «Si révélation bedos est un fake, le pire est qu'il soit crédible!».

L'émission a attiré 1 million de téléspectateurs (9,1% de l'audience), 200 000 de plus qu'une semaine auparavant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer