Ed Sheeran: beau joueur

Ed Sheeran a la réputation d'être sympathique, simple et près des gens. De... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ed Sheeran a la réputation d'être sympathique, simple et près des gens. De fait, c'est ce qu'il a dégagé en rencontrant des représentants des médias, hier, deux heures avant son spectacle, et au lendemain de son passage sur le plateau de Jimmy Fallon.

Il a accepté d'embrasser une animatrice radio de Québec et de boire une gorgée de bière québécoise apportée par une journaliste de TVA. Il a aussi parlé plus sérieusement du référendum sur le mariage gai en Irlande et de son admiration pour l'album Nebraska de Bruce Springsteen.

Après des collaborations avec Taylor Swift et Pharrell Williams, une collaboration avec Eminem, que tu écoutes et reprends, est-elle possible?

Il ne faut pas forcer les collaborations. Je préfère qu'elles viennent à moi au lieu d'aller à leur chasse.

Pourquoi te produis-tu toujours seul sur scène, même dans de grands amphithéâtres?

J'ai toujours fonctionné de cette façon, mais les albums ont dépassé nos attentes. Nous n'avons plus vraiment le choix de nous produire dans de grandes salles, mais je veux garder le même type de spectacle. Je dois juste m'adapter.

Après avoir repris des chansons métal à Jimmy Fallon (notamment d'Iron Maiden et de Lamb of God), lundi soir, quel artiste voudrais-tu voir reprendre une de tes chansons, et laquelle?

Si Slipknot reprenait n'importe laquelle de mes chansons, j'aimerais cela... J'étais un fan.

Tu as pris position récemment dans le référendum en Irlande (pour le mariage entre conjoints du même sexe).

Je pense que deux personnes qui s'aiment doivent pouvoir faire ce qu'elles veulent.

Dans cinq ans, tu te vois où?

J'espère continuer de faire de la musique et de tourner, mais je veux expérimenter de nouveaux trucs. On m'a proposé récemment de faire de la musique de film. Je ne peux pas en ce moment, car je travaille sur mon troisième album, mais j'espère le pouvoir un jour. On m'a aussi lancé l'idée d'une comédie musicale sur Broadway. Mais je vais d'abord faire des albums.

Tu as parlé de prendre une pause de tournée, récemment.

Je suis toujours partant pour une pause, mais après une semaine, je me tourne les pouces. C'est une relation d'amour-haine. C'est pareil quand on enregistre un album. Quand je suis en studio, je veux être en tournée.

Justement, ton troisième album?

La seule chose dont je me soucie en ce moment est d'avoir de bonnes chansons. Je dois en écrire et choisir les meilleures. C'est plus important que la réalisation et la popularité. L'un de mes albums préférés est Nebraska de Bruce Springsteen. Il l'a enregistré dans un studio avec un groupe imposant et d'importants moyens de production, mais il l'a réenregistré avec un quatre pistes dans sa cuisine la veille de son envoi.

D'où vient ta sensibilité?

De ma famille. Mes parents sont des catholiques irlandais. Chez nous, tout tournait autour de l'amour et de la camaraderie.

Après avoir écrit des chansons pour d'autres, la réalisation est-elle un aspect du métier de musicien qui t'attire?

Je ne sais pas... La ligne est mince entre l'écriture et la réalisation. J'ai des idées, mais je ne maîtrise pas toutes les techniques de production.

Lequel de tes tatouages est le plus arbitraire?

J'ai un tatouage que John Mayer a dessiné sur moi à la télévision. Je n'avais pas le droit de regarder. Je lui faisais entièrement confiance, mais comme je ne l'ai pas choisi, c'est le plus arbitraire. J'ai fait la même chose sur lui!

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer