Erik West-Millette: les cheminots célestes

Erik West-Millette est avant tout un être incroyablement... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Erik West-Millette est avant tout un être incroyablement curieux, qui aime créer des instruments, prendre des photos, enregistrer des sons, écouter des histoires.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Christine Blais
La Presse

Erik West-Millette, c'est le gars qui a notamment remporté un Jutra pour l'excellente musique du film Camion de Rafaël Ouellet. C'est aussi le gars qui a joué aux côtés de Marie-Jo Thério, Doctor John, Lhasa de Sela, Jordan Officer, Nanette Workman, Bernard Falaise et tant d'autres.

On trouve son nom sur plus de 200 albums et il a, à ce jour, composé ou produit une cinquantaine de CD. C'est également lui qui créera, cet été, le spectacle ambulatoire quotidien sur le site du Festival de jazz de Montréal.

Mais c'est avant tout un être incroyablement curieux, qui aime créer des instruments, prendre des photos, enregistrer des sons, écouter des histoires. Et qui aime, d'amour, les trains. Si Jack Kerouac a écrit ses périples Sur la route, Érik West-Millette a composé les siens... sur les rails! Bienvenue à bord du West Trainz.

Train ouest

West Trainz, c'est le nom du projet que West-Millette promène depuis deux décennies. Déjà, en 2007, il avait concocté la première mouture d'une bande sonore composée de sons ferroviaires de toutes sortes et l'avait présentée sur scène au festival Coup de coeur francophone.

À l'époque, il parlait déjà d'un possible livre-disque pour 2008! Euh, comme diraient nos amis martiens: «Ouate apeune, Erik?» «Il est arrivé beaucoup de tournées, de disques, de sculptures, de films», explique le multi-instrumentiste et multi-patenteux. «Et puis, il fallait que je produise tout ça par moi-même, et c'était bien compliqué. Jusqu'à ce que je rencontre Louis-Armand Bombardier.»

Louis-Armand Bombardier, petit-fils de Joseph-Armand Bombardier et propriétaire du studio B-12, de la résidence créative du même nom et de l'étiquette L-Abe. Il a non seulement suggéré à Erik de s'atteler à son projet de double CD-livre, mais aussi d'en tirer un spectacle multimédia et un spectacle de rue. Tout cela est désormais sur les rails.

Le voyage intérieur

Sept ans plus tard, donc, le double CD-livre est chose faite. Et bien faite: écouter les deux albums de West Trainz, c'est partir pour un voyage intérieur que ne renierait pas les Ry Cooder, Gustavo Santaolalla et Daniel Lanois de ce monde.

«Le plus difficile, ç'a sans doute été l'ordre des morceaux, explique West-Millette. C'est très éclaté, toutes ces musiques, je le sais: il y a du lounge, du country, de la musique cajun, de la musique classique, des trucs électros, des morceaux latinos, du blues... J'ai soudain eu l'idée de rajouter de courts interludes entre les morceaux, comme autant de petites attentes en gare avant d'embarquer dans un nouveau train, qui t'amène ailleurs.»

Dépaysement fluide

Et ça marche: on peut tour à tour écouter sans problème Bïa qui chante en portugais sur une espèce de blues desperado, entendre le chanteur italien Gianmaria Testa réciter une liste des gares desservies, marquer le rythme d'un morceau franchement groovy interprété par le chanteur louisianais (et cousin d'Erik) Willie West ou imaginer un voyage en Russie à l'écoute d'un air composé et enregistré au Conservatoire Rimski-Korsakov de Saint-Pétersbourg par Erik, quand il y étudiait.

Tous ses souvenirs de voyages figurent également dans le livre qui accompagne le double CD: conçu par le talentueux affichiste-graphiste Yves Archambault, il fourmille de cartes, de cachets et surtout de photos prises par West-Millette lui-même. «C'est Yves qui m'a proposé qu'on adopte le format des carnets de voyage, comme ceux de Moleskine. Et aussi que ce livre soit tout en horizontalité, comme un wagon.»

Un petit tour sur le site

(westtrainsz.com) donne aussi une idée de la chose.

A-t-on précisé que la crème des musiciens (Bernard Falaise, Charles Papasoff, Jordan Officer, Yves Desrosiers, Frank Lafontaine, entre autres) joue sur ce double album, avec leur copain fou des trains et des instruments inventés?

Car il invente aussi des instruments, Erik West-Millette, les démonte et les remonte, les détourne et les façonne. À quoi cela peut-il tenir? Ce petit-petit-petit-fils d'esclave noir, petit-petit-fils de musicien américain qui se retrouve aux «shops Angus» du CP par amour pour une belle femme blanche, enfin petit-fils d'un cheminot du Canadien National sait que tout peut devenir musique. Et occasion de voyage. Il suffit pour cela d'un train, qu'il faut parfois attendre longtemps.

Erik West-Millette, West Trainz, L-Abe

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer