Maxime Desbiens-Tremblay: appelez-moi Tremblay

Connu pour son rôle dans le téléroman Ramdam,... (Photo: Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

Connu pour son rôle dans le téléroman Ramdam, Maxime Desbiens-Tremblay est aussi musicien. Il lance son second album intitulé Porcelaine.

Photo: Ivanoh Demers, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Caroline Rodgers

collaboration spéciale

La Presse

Maxime Desbiens-Tremblay est surtout connu en tant que comédien. Mais à 29 ans, il est sûr d'une chose: il ne saurait se passer de musique. Il lance cette semaine son deuxième album, Porcelaine, sous le simple nom de Tremblay. Patronyme on ne peut plus québécois pour signer l'opus pop-rock francophone d'un artiste qui souhaite se tailler une place au soleil en tant que musicien.

Maxime - ou plutôt Tremblay - a commencé à faire de la télévision vers l'âge de 9 ans en coanimant l'émission Les Couche-tôt, réalisée par Stéphane Laporte. Il a joué des petits rôles dans des séries, dont Un gars, une fille et Urgence. À 15 ans, il décrochait le rôle de Manolo dans Ramdam, qu'il a interprété pendant huit ans. Mais dès l'âge de 12 ans, il s'est aussi intéressé à la musique. À 15 ans, il fondait un petit ensemble de blues, et en 2006, le groupe Éléphantine.

«Pour moi, la musique, c'est un cheminement naturel, dit-il. Je joue de la guitare, du piano, de la basse. J'ai coécrit les paroles de mon nouvel album avec Kevin Murphy, mon ami d'enfance. Chaque année, on écrit une vingtaine de chansons ensemble. J'ai eu la chance qu'Éloi Painchaud prenne le temps de le réaliser alors qu'il est déjà très sollicité par plusieurs artistes.»

La première chanson de l'album, Aime/pardonne, tourne déjà à la radio. Les autres pièces traitent entre autres de relations amoureuses, mais aussi des perpétuelles remises en question de la vie d'artiste.

«Ce n'est pas toujours évident de trouver sa place dans ce milieu, et je trouve que la fin de la vingtaine, pour bien des hommes, c'est souvent une heure de remise en question. On essaie de se placer, de se trouver.»

Entre le métier de comédien et la vie de musicien, il cherche et trouve son équilibre. «Le jeu demeure très important pour moi. L'idéal, c'est quand je peux faire les deux. J'ai encore des projets ici et là pour des petits rôles, mais rien d'aussi prenant que Ramdam, qui m'a tenu occupé à temps plein pendant des années. Je vais notamment jouer dans la prochaine saison des Jeunes loups

La création d'un album représente une autre façon de s'accomplir pour un comédien.

«C'est moi, c'est mon bébé. J'ai participé à toutes les étapes, c'est un projet qui m'appartient. Quand tu joues dans une télésérie, tu sais que ton travail est d'interpréter le mieux possible un personnage, mais tu n'as pas le poids de toute l'émission sur tes épaules. Un album, c'est beaucoup plus personnel. Et même si j'ai joué dans Ramdam, une série populaire, qui m'a fait connaître, quand tu fais un disque, tu recommences tout à zéro et tu dois faire ta place.»

Il rêve maintenant de donner des spectacles, et chantera en première partie de Kevin Parent au spectacle de la Fête nationale à Val-Bélair. D'autres apparitions restent à confirmer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer